/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Le Québec en déconfinement: 10 moments marquants de la crise sanitaire

Coup d'oeil sur cet article

Avec un taux de décès parmi les plus élevés au monde, le Québec a sans contredit été frappé de plein fouet par la COVID-19. Deux semaines après la confirmation d’un premier cas d’infection, le gouvernement Legault doit procéder d’urgence, vers la mi-mars, à une série d’annonces exceptionnelles et sans précédent qui viendront bouleverser pendant longtemps le quotidien des Québécois. À l'heure où les autorités fourbissent leurs armes dans l'éventualité d'une seconde vague, retour sur 10 moments qui ont marqué les six premiers mois de la gestion de la pandémie au Québec. 

• À lire aussi: Le Québec en déconfinement: la pandémie aura eu du bon

1. Début des points de presse quotidiens 

Photo d'archives, Simon Clark

«Aujourd’hui, tout le Québec doit se mettre en mode d’urgence», annonce François Legault, le 12 mars, lors du premier point de presse quotidien sur la pandémie au Québec, un rendez-vous qui sera suivi religieusement par des milliers de Québécois, sur le coup de 13 h. 

Flanqué des ministres Danielle McCann, Marguerite Blais et du directeur national de santé publique, Horacio Arruda, François Legault annonce 13 nouveaux cas positifs. 

Il demande à tous ceux qui reviennent de l’étranger de s’isoler pendant 14 jours. Le télétravail est fortement suggéré et le hockey est annulé, de même que tous les rassemblements de plus de 250 personnes ou qui ne sont pas nécessaires.  

2. Fermeture des écoles 

Photo d'archives, Agence QMI

Le lendemain, après moult tergiversations, Québec annonce la fermeture de toutes les écoles, cégeps et universités. 

Dans le contexte du retour de la relâche scolaire, les établissements scolaires sont considérés comme un lieu où le risque de contamination est «particulièrement élevé». Les services de garde doivent aussi fermer, sauf certains CPE qui seront réservés aux enfants des employés du réseau de la santé et des travailleurs essentiels. 

3. Le Québec sur pause 

Photo Adobe Stock

Le 14 mars, le Québec devient la première province au pays à décréter l’état d’urgence. C’est le début du confinement. Les citoyens de 70 ans et plus doivent rester à la maison. Les visites sont interdites dans les hôpitaux, les CHSLD et les résidences privées pour aînés. Le 23 mars, on rapporte plus de 600 nouveaux cas. Il y a contamination communautaire. Le Québec est la province la plus affectée au pays. L’air grave, François Legault annonce la mise du Québec sur pause pour au moins trois semaines, pause qui sera ensuite prolongée jusqu’à la fin avril. Québec ordonne la fermeture de tous les commerces et entreprises non essentiels. Seuls les commerces comme les pharmacies, les épiceries et les quincailleries poursuivent leurs opérations. 

4. La pénurie de matériel médical 

Alors qu’il nie depuis plusieurs jours l’existence d’une pénurie de matériel médical, le 26 mars, François Legault prévient que le Québec risque d’être «serré» avec le nombre de masques disponibles, que tous les pays s’arrachent. L’inventaire étant limité, il demande au personnel de la santé de ne pas les surutiliser. Début avril, le premier ministre annonce que la réserve pourrait être épuisée dans les trois à sept jours suivants. Québec sort l’artillerie lourde pour sécuriser des commandes de «millions» de masques.  

5. Le drame au CHSLD privé Herron de Dorval 

Photo d'archives, Agence QMI

Le 11 avril, le premier ministre sort de son congé de Pâques après avoir été mis au fait du contexte de «grosse négligence» dans lequel 31 aînés décèdent au CHSLD Herron de Dorval. Des aînés sont retrouvés déshydratés, affamés et laissés à eux-mêmes dans des couches souillées. Ciblé par une enquête criminelle, l’établissement privé est mis sous tutelle. Le drame met en lumière les conditions de vie dans les résidences pour personnes âgées et devient une bougie d’allumage pour plusieurs enquêtes plus élargies, dont celles du coroner, de la Protectrice du citoyen et de la Commissaire à la santé.  

6. Les militaires appelés en renfort 

Photo d'archives, Ben Pelosse

Aux prises avec un important manque de personnel à travers le réseau de la santé, François Legault se résigne, à la mi-avril, à demander le déploiement d’urgence d’un millier de soldats à travers les CHSLD les plus touchés. Mésentente avec les médecins spécialistes, inscriptions en double via la plateforme Je contribue, absence de milliers de travailleurs de la santé malades ou effrayés : le manque de ressources humaines ne fait que s’aggraver. Ottawa acceptera de déployer, plusieurs jours plus tard, quelques centaines de militaires, pendant deux mois. 

7. Début du déconfinement à l’extérieur de Montréal 

Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Avec les beaux jours arrivent enfin les bonnes nouvelles. La réouverture graduelle des commerces non essentiels débute à compter du 4 mai à l’extérieur de la grande région de Montréal. Dès lors, on observe des files monstres à l’extérieur de plusieurs commerces, qui doivent respecter des règles strictes afin de limiter la propagation du virus. Québec devient la première province canadienne à rouvrir ses écoles, sauf celles du Grand Montréal, qui attendront jusqu’à l’automne. La situation étant toujours hors contrôle dans la métropole, la réouverture des commerces y est aussi repoussée jusqu’à la fin mai.  

8. 10 000 préposés recherchés 

Photo d'archives, Agence QMI

Craignant de revivre ce qui s’est passé au printemps dans les CHSLD dans une éventuelle deuxième vague, le gouvernement Legault annonce une opération sans précédent visant à recruter 10 000 préposés aux bénéficiaires qui iront travailler dans les CHSLD. 

Une formation payée de 375 heures, du 15 juin à la mi-septembre, est offerte à ceux qui souhaitent relever le défi et prendre soin des aînés. Un salaire annuel bonifié à 49 000 $ est promis aux candidats retenus. 72 000 personnes répondent à l’appel en un peu plus d’une journée.  

9. Coup de balai au ministère de la Santé 

Photo d'archives, Simon Clark

Tout juste avant de souhaiter un bel été aux Québécois, le premier ministre François Legault procède à un remaniement ministériel. Fortement impliquée dans la gestion de la pandémie pendant tout le confinement, la ministre de la Santé, Danielle McCann, est dégommée et remplacée par Christian Dubé, qui était jusque-là président du Conseil du trésor. Visiblement déçue, Mme McCann épaulera dorénavant son collègue à l’Éducation, Jean-François Roberge, à titre de ministre de l’Enseignement supérieur.  

10. Port du masque obligatoire 

Photo d'archives, Agence QMI

Conforté par un sondage mené par la firme SOM, le gouvernement Legault rend le port du couvre-visage dans les lieux publics obligatoire à compter du 18 juillet. Malgré les signaux contradictoires envoyés en début de pandémie par le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, trois Québécois sur quatre sont d’accord avec le port du masque. Si la vaste majorité des Québécois en font rapidement une habitude, comme un peu partout dans le monde, plusieurs centaines de personnes opposées au port du masque se rassemblent à Québec et à Montréal pour manifester. 

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.