/weekend
Navigation

Petits plaisirs nostalgiques

Destroy All Humans (2020)
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Un remake du jeu Destroy All Humans! à peine 15 ans après sa sortie initiale était-il nécessaire ? Peut-être pas. Mais on nous offre à tout le moins une relecture fidèle et visuellement attrayante qui saura plaire aux fans de la première heure.

On l’avoue d’entrée de jeu, l’annonce d’un remake de Destroy All Humans! nous a, initialement, fait sourciller. Non pas que le jeu ne méritait pas une nouvelle vie ; au contraire, on gardait un bon souvenir des heures de plaisir lors de sa sortie initiale. 

Mais l’idée de ramener Crypto et compagnie dans nos consoles nous semblait un peu prématurée. Surtout qu’on nous sert ici une relecture pratiquement identique à l’originale, mais cette fois accompagnée d’une facture visuelle redessinée à l’aide des technologies actuelles. 

Destroy All Humans (2020)
Photo courtoisie

Certes, quelques modifications ont été apportées à l’expérience, nommément de nouveaux bonis et mises à niveau des armes à manier. Mais, finalement, les joueurs n’y verront que du feu, croyant davantage replonger dans leurs souvenirs. 

On replonge donc dans l’Amérique des années 1950 où un extraterrestre belliqueux du nom de Crypto est dépêché sur Terre afin de recueillir l’ADN des humains en employant des techniques plus souvent loufoques que sérieuses. Des exemples ? Destroy All Humans! emprunte le plus célèbre des clichés, soit la sonde anale, qui permet ici d’extraire le cerveau des humains en deux temps trois mouvements. 

Destroy All Humans (2020)
Photo courtoisie

Vif et coloré

Premier constat : le rendu est cette fois-ci franchement impressionnant. Restant fidèle à l’esthétique bédéesque originale, la facture visuelle de ce Destroy All Humans! 2.0 est franchement impeccable. C’est vif, coloré, invitant. Bref, c’est beau. Très beau, même. Et particulièrement fluide, grâce aux nouvelles technologies à la portée des développeurs. 

Mais cette fidélité a un prix. 

En choisissant de se coller si près du produit original, ce Destroy All Humans! 2.0 se place volontairement dans un moule un peu trop rigide, en plus d’être de facto condamné dès le départ à recréer certaines erreurs d’origine.

Est-ce que l’humour – pratiquement omniprésent, d’ailleurs – a bien vieilli ? Non. En fait, pas toujours. On grimace presque autant que l’on s’esclaffe devant les répliques assassines et les remarques salaces de Crypto et de ses pairs. 

Bref, Destroy All Humans! aurait probablement davantage bénéficié d’un nouveau départ (ou reboot, dans le jargon du métier) que d’une relecture aussi fidèle. N’empêche, les nostalgiques replongeront avec joie dans ce monde ludique et coloré comme il ne s’en fait presque plus. 

  • Destroy All Humans ! (3/5)

Disponible sur PS4, Xbox One et PC.