/news/currentevents
Navigation

Un proxénète fait vivre huit jours d’enfer à une adolescente

Coup d'oeil sur cet article

Un proxénète de Terrebonne qui a profité de la naïveté d’une fugueuse de 17 ans pour qu’elle se prostitue pendant huit jours d’enfer à Toronto recevra sa peine en octobre. 

Kevin Myrthil Estimé, 27 ans, a reconnu sa culpabilité à une accusation de complot pour proxénétisme, au palais de justice de Joliette, durant l’été. Cette semaine, le prononcé de sa peine a été reporté.

En automne 2018, à Toronto, la victime, dont l’anonymat doit être préservé, avait offert des services sexuels au bénéfice de Myrthil Estimé.

Le résumé des faits de la Cour rapporte que le proxénète est entré en contact avec la victime par l'entremise d'une connaissance de cette dernière, alors que la jeune fille se trouvait à Joliette et qu'elle voulait fuguer d’un foyer de groupe. Une connaissance de la victime l’a filmée avec son cellulaire et un individu relié à l’accusé s’est déclaré «satisfait de ce qu’il a vu».

Le soir même, Thommy Vendetti-Gagné, un complice de Myrthil qui a reçu une sentence de 15 mois de prison en mai après avoir plaidé coupable à une accusation de complot pour proxénétisme, a organisé un transport Terrebonne-Toronto pour la victime.

«L’accusé [Kevin Myrthil Estimé], qui utilisait le pseudonyme “Shelovesmoneyy” ajoute la victime à ses contacts Snapchat et il lui demande de le texter à son arrivée à Toronto», a raconté Me Stéphanie Arel, avocate de la Couronne, lors de la lecture du résumé des faits à la Cour, en juin. Myrthil a également sur le front un tatouage formé avec le mot «Money».

La victime est donc arrivée à Toronto le 3 octobre, à 1h15 du matin.

«Il [Myrthil Estimé] décide de tout, a ajouté Me Arel. Il lui achète également des déshabillés, des talons hauts, des bas collants, des accessoires, dont des menottes, un fouet, du lubrifiant et une boîte de 30 condoms.»

Le proxénète lui a également ouvert un compte sur le site d’une agence d’escortes. Il a installé l’application «TextNow» sur le cellulaire de la victime.

«Cette application lui permet d’avoir accès en temps réel à ce compte, à partir de son propre cellulaire; il lui demande également d’envoyer des photos [d’elle, nue]», a continué Me Arel.

La victime a donc commencé à se prostituer le jour même, recevant six clients, toujours selon le résumé des faits.

«L’accusé vient récupérer l’argent reçu après chaque client, a expliqué Me Arel. Elle dit avoir eu intérêt à lui remettre la totalité de ses gains et faire des services en extra, même si elle ne voulait pas, car l’accusé est intimidant.»

Le proxénète lui avait auparavant promis de lui donner 50% des «revenus».

La victime a également reçu 11 clients le lendemain. Le document de la Cour raconte qu’elle a été agressée par un client, celui-ci l’ayant frappée au visage et lui ayant enfoncé la tête dans l’oreiller en pleins ébats sexuels.

Le résumé des faits indique aussi que la victime est allée voir l’accusé pour lui signifier qu’un autre client ne payait pas assez pour ce qu’il demandait.

«L’accusé pointe alors vers elle ce qui semble être une arme à feu pour qu’elle s’exécute, a dit Me Arel. Elle va dans une autre pièce pleurer avant de retourner voir son client.»

Des policiers ont retrouvé la victime à Toronto le 11 octobre, grâce à des informations reçues d’une tierce personne, et ils lui ont demandé si elle était en sécurité et souhaitait rester à Toronto. La victime a répondu aux policiers qu’elle était en sécurité et qu’elle voulait rester dans la Ville Reine, selon le document de la Cour. Les policiers sont repartis.

Lorsque la victime a parlé à Myrthil de la visite des policiers, celui-ci a décidé de la ramener à un terminus d'autobus de Toronto. La victime a contacté les policiers, une fois rendue sur place.

Elle est revenue au Québec avec l’aide de la Protection de la jeunesse.

Myrthil Estimé a été arrêté le 7 juin 2019, alors qu’il faisait l’objet d’un mandat d’arrestation pancanadien. Il est derrière les barreaux depuis.

Sa peine sera prononcée le 16 octobre.