/sports/fighting
Navigation

Des boxeurs ravis de retrouver le ring

Coup d'oeil sur cet article

L’approbation gouvernementale de la reprise prochaine des événements de sports de combat devant public a rendu possible, du même coup, le retour des entraînements en groupe – avec certaines restrictions, certes –, mais la nouvelle a tout de même fait des heureux au Club de boxe de Chicoutimi, à Saguenay.

• À lire aussi: Les sports de combat reprendront au Québec

Certains boxeurs ne s’étaient pas entraînés avec des partenaires depuis mars. Des pugilistes commençaient à trouver le temps long.

Fébrilité, excitation et motivation étaient donc au rendez-vous lundi, a constaté TVA Nouvelles sur place.

«Ça faisait tellement longtemps que j’étais tout seul à m’entraîner dans mon garage, ça fait du bien», s’est réjoui un adolescent sélectionné pour les Championnats canadiens de boxe, annulés à cause de la pandémie.

«On ne pouvait pas faire de travail à deux, de simulation de combat ni de sparring, a déploré Véronique Dufour, entraîneuse au Club de boxe de Chicoutimi. C’est comme le soldat qui se pratique pour aller à la guerre, mais qui n’y va jamais.»

Un peu comme à l’école, le concept de bulle est préconisé: on forme des équipes d’entraînement de quatre boxeurs ou moins, tout en évitant de mélanger, autant que possible, les individus de chaque bulle.

Après plusieurs mois d’attente et de démarches, les fédérations des sports de combat ont poussé un soupir de soulagement le 1er septembre. Elles ont obtenu l’approbation de la Santé publique pour faire des affrontements à l’entraînement.

- D'après les informations de Molly Béland, TVA Nouvelles