/news/society
Navigation

Une nouvelle campagne pour la valorisation du travail «invisible»

Une nouvelle campagne pour la valorisation du travail «invisible»
Capture d'écran, www.travailinvisible.ca

Coup d'oeil sur cet article

Un regroupement d’associations féministes a lancé un manifeste sur internet, lundi, dans le cadre d’une nouvelle campagne nommée «Le travail invisible, ça compte!». 

«La reconnaissance et la valorisation du travail invisible sont un des enjeux centraux pour l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes, enjeu au cœur des revendications de l’Afeas (Association féminine d’éducation et d’action sociale), depuis sa fondation en 1966», est-il possible de lire sur le manifeste. 

L’ensemble des regroupements invite individus et organisations à appuyer le manifeste. 

Sur le site web (www.travailinvisible.ca), le travail invisible est défini comme un travail «effectué sans rémunération ou de façon sous-rémunérée». 

L’on compte, parmi ces occupations, le travail domestique, celui de proche aidant, le travail effectué au sein d’une entreprise familiale, le travail de bénévole qui assure un service essentiel ainsi que le travail effectué dans le cadre d’un stage non rémunéré.