/sports/opinion/columnists
Navigation

Risques calculés...

Coup d'oeil sur cet article

Le repêchage des joueurs amateurs ne sera jamais une science exacte.

Il y a des joueurs qui offrent un potentiel illimité et qui vont répondre aux attentes des décideurs. Cependant, on est d’accord sur le fait que plusieurs des joueurs identifiés comme des patineurs ne pouvant pas rater leur coup ont justement fait chou blanc.

Quand arrive la date limite pour conclure des transactions, c’est différent. Habituellement, on va profiter de cette tribune pour amenuiser la masse salariale, ou encore pour se départir de joueurs indésirables, ou pour céder un vétéran à une équipe qui veut ajouter de la profondeur en prévision des séries éliminatoires.

Trois des quatre finalistes des deux associations ont réussi des coups importants pour ajouter à leurs effectifs un meilleur équilibre des forces. Trois équipes qui ont résolu des problèmes urgents et qui, du même coup, ont colmaté des brèches au sein de leur formation.

Prenons l’exemple du Lightning de Tampa Bay.

Après l’élimination en quatre matchs contre les Blue Jackets de Columbus, au printemps de 2019, après avoir dominé outrageusement toutes les quatre formations de la ligue pendant le calendrier régulier, Julien BriseBois a attendu le bon moment pour tirer profit d’aubaines et aussi pour sacrifier deux choix de premier tour en retour de deux patineurs ayant déjà l’expérience de la compétition de la Ligue nationale.

Équipe différente

Résultat : le Lightning est une équipe différente, une équipe qui peut maintenant s’adapter à toutes les situations. BriseBois a payé le gros prix pour obtenir Blake Coleman, des Devils du New Jersey, et Barclay Goodrow, des Sharks de San Jose. Cependant, les deux joueurs ont encore une autre année à écouler à leur contrat, Coleman à 1,8 M$ et Goodrow à 925 000 $. S’ajoutent les embauches de Zach Bogosian (1,3 M$), Kevin Shattenkirk (1,75 M$).

Passons aux Golden Knights de Vegas.  

Résultat : Robin Lehner, liquidé par les Blackhawks de Chicago, est maintenant le gardien d’exception de l’équipe. Et les Golden Knights ont fait l’acquisition d’Alec Martinez, ex-défenseur des Kings de Los Angeles, dont le contrat prendra fin après la saison 2021-22. Depuis son arrivée au Nevada, son partenaire, Shea Theodore, est devenu l’un des meilleurs défenseurs de la ligue.

Martinez était le défenseur convoité pour permettre à Theodore d’exploiter ses qualités de défenseur à caractère offensif.

Attardons-nous aux Islanders de New York.

Jean-Gabriel Pageau était la pièce manquante permettant à Barry Trotz de créer une culture où les 12 attaquants ont un rôle bien spécifique à remplir. 

Et par mesure de précaution, Lou Lamoriello a ajouté le vétéran Andy Greene à sa brigade défensive. Pageau et Greene ont largement contribué aux succès de l’équipe depuis le retour au travail. Et les Islanders se sont empressées d’accorder un contrat de six ans à Pageau, à raison de 5 M$ par année.

Plafond salarial

Et les Stars de Dallas ?

Le grand responsable du secteur hockey, Jim Nill, était dans une situation où il était menotté par le plafond salarial. Il n’avait plus d’espace pour manœuvrer, donc il a préféré donner plus de responsabilités à Denis Gurianov, un bon marqueur, et on lui avait fourni des rapports encourageants sur la progression de Joel Kiviranta, auteur de trois buts lors du match ultime contre l’Avalanche du Colorado.

Certes, le marché des transactions comporte des risques. Mais quand on regroupe toutes les informations pertinentes, il arrive que ces changements au niveau des effectifs correspondent exactement à ce que l’on recherchait.

Et ce qu’il y a de particulier dans le cadre de la finale de l’Association de l’Ouest, les deux entraîneurs ont été embauchés pendant le calendrier des matchs. Rick Bowness a remplacé Jim Montgomery, le 10 décembre, et Peter DeBoer a pris les guides des Golden Knights le 15 janvier après le licenciement inattendu de Gérard Gallant.

Moins patients

Est-ce à dire que les propriétaires et les directeurs généraux seront de moins en moins patients avec les entraîneurs ?  

Possible.

Après tout, les résultats sont plus qu’encourageants, ils rejoignent les objectifs de l’entreprise. Et n’oublions pas que celui qui a gagné la coupe Stanley l’an dernier, Craig Berube, avait obtenu le poste d’entraîneur par intérim des Blues de St. Louis en novembre 2018.

De quoi donner la frousse aux entraîneurs !