/news/currentevents
Navigation

Un ancien v.-p. de SNC-Lavalin se fait saisir pour 4 M$ en actifs immobiliers

Coup d'oeil sur cet article

L'ancien vice-président exécutif de SNC-Lavalin Sami Bebawi, condamné en janvier dernier à huit ans et demi de prison pour fraude et corruption, s'est fait saisir pour plus de 4 millions $ en actifs.

La Gendarmerie royale du Canada a annoncé, mardi, que la Cour supérieure a autorisé, le 2 septembre, la saisie de propriétés ou participations immobilières appartenant à M. Bebawi, ainsi que de sommes d'argent.

La liste des biens saisis inclut un immeuble en Floride, évalué à plus de 1 million $ US, trois propriétés immobilières totalisant 540 000 $ et une participation de 290 409 $ dans un autre bien immobilier. De plus, un montant de 970 000 $ a été saisi à la place d'un bien immobilier, tandis qu'une somme de 670 000 $ a été amassée dans des comptes bancaires canadiens appartenant à Sami Bebawi.

Le tribunal avait jugé, en décembre dernier, que M. Bebawi avait acquis ces biens frauduleusement grâce à des pots-de-vin qu'ils avaient versés en Libye pour permettre à SNC-Lavalin d'obtenir des contrats. Il avait notamment offert un yacht évalué à 25 millions $ US à Saadi Khadafi, le fils de l'ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi.

Grâce à ses stratagèmes, Sami Bebawi avait personnellement engrangé 28 millions $ grâce à une société-écran établie dans un paradis fiscal. La Cour lui a d'ailleurs imposé une amende de 24,6 millions $, en plus des saisies immobilières et monétaires, pour mettre la main sur cette somme.

«Si ce montant n'est pas remboursé dans les six prochains mois, il devra purger une peine de prison supplémentaire de dix ans», a d'ailleurs rappelé la GRC mardi par communiqué.

Same Bebawi avait immédiatement fait appel de sa condamnation à huit ans et demi de détention. Il demeure en liberté en attendant la suite des procédures.

SNC-Lavalin avait aussi été éclaboussée dans cette affaire. Une filiale de la firme de génie-conseil avait cependant pris le blâme et écopé d'une amende de 280 millions $.