/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: les classes fermées se multiplient dans les écoles

Des centres de services refusent de divulguer cette information

Isolement Rive-Sud
Dominique Scali / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

Les classes en isolement forcé se multiplient dans les écoles, tandis que des parents et enseignants dénoncent la difficulté qu’ils ont à obtenir de l’information sur les cas de COVID. 

• À lire aussi: 180 nouveaux cas et 3 décès de plus

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: Les cas de COVID-19 dans les écoles se multiplient

«On se pose beaucoup de questions», avoue Roxanne Guertin, mère d'un enfant à l’école Adrien-Gamache, à Longueuil. 

Cet établissement primaire a dû fermer temporairement 5 de ses 34 classes cette semaine en raison de cas de COVID-19. 

Les cinq cas sont répartis dans cinq classes différentes. Il ne s’agirait donc pas d’une éclosion, explique Alexandre Kozminski Martin, des relations médias du Centre de services scolaire Marie-Victorin (CSS Marie-Victorin), anciennement Commission scolaire Marie-Victorin.

Une clinique de dépistage mobile a été déployée lundi et 250 personnes, comme des élèves et membres du personnel de cette école, ont été testées.

Sabia Ouhamou en fait partie, puisque sa fille de 7 ans est dans un des groupes placés en isolement. «Ils nous ont rapidement avisés», témoigne-t-elle. 

Heureusement, le résultat est tombé mercredi: aucun membre de la famille n'a contracté la COVID-19. 

Isolement Rive-Sud
Dominique Scali / JdeM

Incomplet

S’agirait-il de l’école avec le plus grand nombre de groupes placés en isolement préventif dans la grande région de Montréal pour l’instant? Impossible de l’affirmer. 

La plupart des centres de services scolaire contactés par Le Journal n’avaient pas répondu mercredi soir, ou nous ont référé au ministère de la Santé, qui ne diffuse pas cette information. 

Au moins une quinzaine de groupes sont actuellement en quarantaine dans la région métropolitaine, selon les données fournies par sept centres de services. 

«Si vous pensez que vous n’avez pas d’information, nous on n’en a pas beaucoup plus», dit Marc Étienne Deslauriers, président du comité de parents du Centre de services scolaire de Montréal. 

«Je ne suis pas content de finir un courriel [de parents] sans pouvoir répondre. Je n’ai pas l’impression d’être utile.»

«On sait que c’est quand les parents demandent des réponses et ne les obtiennent pas que l’impatience, que les inquiétudes augmentent.»

Il croit d’ailleurs que les données sur les groupes-classes placés en quarantaine devraient être plus accessibles, puisque les enfants peuvent en côtoyer d’autres à l’extérieur de l’école.

«Il est difficile d’obtenir le portrait exact de la situation, notamment parce que le ministère a fourni des données incomplètes ou même erronées», constate Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement. Les informations devraient notamment préciser si la personne infectée est un élève ou un membre du personnel, croit-elle. 

Trop lent

«L’information qui sort en ce moment, c’est sûr que ce n’est pas assez. Et c’est souvent pas assez vite», résume Éric Gingras, président du Syndicat de Champlain, sur la Rive-Sud de Montréal. 

Par exemple, encore trop d’enseignants apprennent qu’une classe de leur école a été fermée sur les médias sociaux, illustre-t-il. Pendant ce temps, les profs sont eux aussi bombardés de questions de parents.  

Reste que toute cette organisation en est à ses «premiers balbutiements», concède-t-il. 

Pour Nicola Grenon, président du comité de parents de la CSMV, la confusion vient surtout du ministère, plus que du centre de service, qui a une «équipe assez proactive», estime-t-il.  

D’ailleurs, la plupart des parents croisés à la sortir des classes mercredi de l’école Adrien-Gamache se disaient satisfaits de l’information reçue, même si la situation engendre des inquiétudes.  

«Je pense qu’ils gèrent bien ça», témoigne Cynthia Filippone, une des mères rencontrées. Elle a tout de même décidé que dorénavant, elle porterait son masque lorsqu’elle vient chercher son enfant. 

Les écoles où une classe a été mise en isolement préventif:   

  • Centre de services scolaire Marie-Victorin: Adrien-Gamache, André-Laurendeau, Monseigneur-Parent 
  • Centre de services scolaire de la Pointe-de-l'Île: Jacques-Rousseau, des Roseraies, de la Pointe-aux-Trembles, Centre de formation Anjou, Centre de formation Antoine-de-Saint-Exupéry 
  • Centre de services scolaire de Montréal: des Cinq-Continents, Saint-Pierre-Claver 
  • Centre de services scolaire Seigneurie-des-Mille-Îles: Une trentaine d'élèves en isolement préventif.  
  • Les centres de services et commissions scolaires suivants n'ont pas répondu: Marguerite-Bourgeoys, English-Montreal, Hautes-Rivières, des Samares, des Patriotes, Laval, Grandes-Seigneuries, des Affluents
Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.