/sports/fighting
Navigation

GYM vise un gala en novembre

Yvon Michel
Photo d'archives, AGENCE QMI Yvon Michel

Coup d'oeil sur cet article

À l’instar de son homologue Camille Estephan, Yvon Michel a sauté de joie en apprenant qu’il pourra à nouveau organiser des galas de boxe au Québec. 

• À lire aussi: Les galas de boxe autorisés

« C’est une super bonne nouvelle, a mentionné le patron du Groupe GYM au Journal. J’avais besoin d’une décision comme celle-là pour commencer à organiser des rencontres avec mes partenaires et mes commanditaires. 

« On va travailler à trouver des ressources pour présenter un gala. Si on voit que c’est une opération qui pourrait être viable, on va aller de l’avant. »

Au cours des derniers mois, Michel ne s’est pas caché pour affirmer que les galas à huis clos étaient très difficiles à rentabiliser. 

Il est donc heureux d’apprendre qu’il pourrait accueillir 250 spectateurs lors d’un événement. 

« C’est sûr que c’est un gros plus pour nous, a-t-il souligné. Ce sera un privilège pour chaque personne d’assister à un gala. Ils auront droit à une expérience unique. »

Casino ou Centre Vidéotron ?

Pour le moment, Michel vise le mois de novembre pour la présentation d’un événement. 

« C’est notre cible, mais on veut faire les choses comme il le faut, a-t-il confirmé. Nos boxeurs attendent ce moment avec impatience et je suis convaincu qu’ils respecteraient toutes les consignes à la lettre. »

Pour ce qui est de l’endroit qui pourrait présenter son gala, l’homme d’affaires veut avoir des discussions avec les dirigeants du Casino de Montréal et du Centre Vidéotron avant de se prononcer. 

« On n’écarte aucune possibilité pour le moment. Puis, en raison de la deuxième vague de la pandémie, on va devoir demeurer prudents durant nos semaines de préparation. »

Bonne nouvelle pour Seyi

Dans les derniers jours, Wilfried Seyi a tenté de revenir au Canada après avoir passé les derniers mois au Cameroun. Cependant, il a été refoulé à l’aéroport de son pays. 

« Par contre, la nouvelle d’aujourd’hui me donnera les bons arguments pour le faire rentrer au pays », a mentionné Michel au sujet du protégé de Stéphan Larouche. 

Seyi était au Cameroun depuis le début de l’année parce qu’il a défendu les couleurs de son pays aux qualifications olympiques pour les Jeux de Tokyo.