/finance/business
Navigation

Le gouvernement Legault donne un «coup de main» à Amazon

Il organise pour elle une activité en anglais appelée «Meet the Buyers virtuel»

Panier Bleu
Photo d'archives, Didier Debusschère En avril 2020, Québec a lancé Le Panier Bleu pour faire la promotion des produits d’ici. L’État a injecté 300 000 $ dans la création de cette plateforme gérée par un OBNL. Ci-dessus, le premier ministre François Legault et le ministre Pierre Fitzgibbon.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le gouvernement Legault prône l’achat local avec son Panier Bleu, Investissement Québec (IQ) donne un coup de main au géant Amazon en l’aidant à se trouver des fournisseurs québécois.

• À lire aussi: Amazon: que du «cheap labour» à Lachine?

« Ça fait vraiment colonisé. C’est rare de voir le berger amener lui-même ses brebis chez le loup. C’est pas mal ça qu’est Amazon pour les commerçants et distributeurs du Québec », a déploré Vincent Marissal, député de Rosemont de Québec Solidaire (QS), porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’économie. 

En avril dernier, François Legault a affirmé que la relance de l’économie du Québec passait par l’achat local avec sa nouvelle vitrine web des produits d’ici, Le Panier Bleu. 

Or, Investissement Québec (IQ) multiplie en ce moment les efforts pour rapprocher les PME québécoises du géant américain controversé Amazon. 

Du 7 au 11 septembre, IQ invite les entreprises québécoises à participer à une « Rencontre virtuelle d’acheteurs Amazon Canada » pour « mieux comprendre les procédures d’achat de ce grand distributeur ». 

Sous le nom bilingue « Meet the Buyers virtuel », l’activité d’Amazon, d’Investissement Québec International (IQI) et du Bureau du Québec à Toronto se déroule généralement « en anglais puisque ce sont des événements visant des acheteurs hors Québec », a précisé une employée d’IQI.

Liste d’épicerie

Jeux, jouets, produits liés à la COVID, produits pour bébés, de beauté, de santé, de soins personnels, articles de décor pour la maison, papeterie, fournitures scolaires et de bureau... IQI dresse même la liste complète des produits recherchés par le géant Amazon dans son invitation. 

« Je n’ai pas compris dans la description de tâches du ministre de l’Économie qu’il est rendu lobbyiste et facilitateur pour Amazon. Je ne sais pas ce que l’on fait là. Messieurs Fitzgibbon et Legault doivent s’expliquer », a lancé Vincent Marissal, de QS.

D’après lui, cette relation avec Amazon en dit beaucoup sur « la pseudo-doctrine nationaliste de la CAQ du gouvernement Legault ».

« On sait que le Panier bleu a été rebaptisé par le milieu les “Pages jaunes bleues” parce qu’il ne marche pas. C’est une initiative purement marketing du gouvernement, qui ne donne pas grand-chose pour les commerçants », a-t-il ajouté. 

Au Conseil canadien du commerce de détail (CCCD)-Québec, on s’interroge.

« C’est clair qu’à première vue, ça peut paraître contradictoire avec l’objectif du Panier bleu. Ça démontre qu’il faudrait élargir l’initiative du Panier Bleu », a dit son directeur des relations gouvernementales, Jean-François Belleau. 

Amazon n’a pas répondu à nos demandes répétées d’entrevue.   

Amazon au Québec  

  • Centre d’expédition de Lachine : 300 emplois  
  • Centre de tri de Saint-Hubert : Des centaines d’emplois (ouverture prochaine)    

Source : Amazon