/sports/football
Navigation

Départ dominant pour les Chiefs

Les champions en titre malmènent les Texans pour lancer la saison dans la NFL

Coup d'oeil sur cet article

Pour un instant, le duel pour lancer les hostilités dans la NFL semblait être disputé à armes égales. Les Chiefs ont ensuite sorti le marteau pour taper sur le clou des Texans et démontrer que les champions en titre ont bel et bien terminé les célébrations du dernier Super Bowl.

Dans une victoire convaincante de 34-20, Patrick Mahomes et sa bande ont non seulement confirmé qu’ils ne sont plus sur le party, mais qu’ils peuvent désormais attaquer leurs rivaux avec un nouveau jouet dans leur arsenal. 

  • Écoutez la chronique de Jean-Charles Lajoie avec Benoit Dutrizac à QUB Radio:

Ceux qui ne savaient pas qui était le porteur de ballon Clyde Edwards-Helaire ont fait sa connaissance avec fracas. La recrue, dernier choix du premier tour au plus récent repêchage, a galopé sur 138 verges, inscrivant notamment un superbe touché sur une course de 27 verges, ce qui portait la marque à 24-7 en faveur des siens au troisième quart. 

Edwards-Helaire a terminé sa soirée de travail avec 25 courses pour une moyenne de 5,5 verges par portée. Le pire, c’est qu’il n’a pas capté de passes, un élément clé de son jeu sur la scène universitaire, que les Chiefs vont certainement incorporer cette saison. 

Preuve qu’ils n’entendent plus miser seulement sur les prouesses de Mahomes, ils ont couru 16 fois avec le ballon en première demie, plus que dans la première demie de tout autre match la saison dernière.  

Mahomes fait le boulot

Voilà qui ne veut certainement pas dire que Mahomes n’a pas fait le travail! Le quart-arrière des Chiefs a lancé trois passes de touché. C'était la 16e fois, depuis le début de sa jeune carrière, qu’il accomplissait pareil exploit. 

Mahomes, qui a complété 24 de ses 32 passes, pour 211 verges, a décoché beaucoup plus rapidement qu’à son habitude. L’attaque des Chiefs a misé sur de courtes passes plutôt que sur les bombes habituelles, mais le résultat s’est avéré tout aussi destructeur. Sur les deux premiers touchés des Chiefs, ils ont assassiné lentement les Texans à l’aide de séquences de 11 et 16 jeux qui ont brûlé respectivement 5 min 41 s et 9 min 4 s. Cette attaque devient d’autant plus redoutable que les Chiefs ont aussi la capacité d’exploser vite et fort à tout moment. 

Avec la présence d’une menace réelle comme Edwards-Helaire dans le champ arrière, il y a fort à parier que les défensives adverses n’auront d’autre choix que de respecter le jeu au sol et que les couloirs aériens ne feront que s’ouvrir davantage devant Mahomes. Ça promet! 

Les Texans dans le pétrin

Les Texans avaient pourtant inscrit les premiers points grâce à un touché du nouveau venu, le porteur David Johnson, sur une course de 19 verges. Il s’agissait de la plus longue course depuis 2016 pour le joueur qui a été acquis des Cardinals dans l’échange du prolifique receveur DeAndre Hopkins. 

Parlant de Hopkins, les Texans ont semblé s’ennuyer royalement de lui, même si Johnson a fort bien paru avec 77 verges en seulement 11 courses. 

Le jeu aérien a semblé décousu sans la cible de prédilection de Deshaun Watson. Brandin Cooks, amené en renfort dans un autre échange pour colmater la brèche, n’a capté que deux passes, pour 20 verges. Même constat avec l’autre nouvelle pièce du casse-tête, Randall Cobb (2 réceptions, 23 verges). 

Autour de Watson, il semble que les problèmes récurrents de protection ne soient pas résolus, du moins pour le moment. C'était déjà la 19e fois, depuis le début de sa jeune carrière en 2017, qu’il encaissait au moins quatre sacs du quart dans un match. À ce rythme, sa vision sera bientôt plus brouillée que celle d’Andy Reid derrière sa visière embuée. Dans les prochaines semaines, le quart des Texans aura autant besoin de protection que le pilote des Chiefs aura besoin d’un squeegee pour balayer son protecteur facial.  

D’ailleurs, son vis-à-vis Bill O’Brien a manqué d’audace à quelques reprises en optant pour des dégagements en milieu de terrain sur des situations de quatrième essai (4 et 9 verges à franchir). Le match était, à ce moment, encore compétitif. S’il est normalement prescrit, dans le grand livre du football, de dégager dans ces situations, les entraîneurs aux quatre coins de la ligue devront accepter de vivre avec plus de risques lorsque les Chiefs sont dans les parages.  

Un match presque normal

La 101e saison dans la NFL a donc été lancée sans heurts, ou presque. Avant la rencontre, les joueurs des Texans ont choisi de demeurer au vestiaire durant l’hymne national, dans le cadre des protestations en cours dans le monde du sport contre les inégalités sociales et raciales. 

Après l’hymne, les deux équipes se sont rassemblées au centre du terrain afin de démontrer leur unité devant les problèmes qui divisent les Américains. Des huées se sont fait entendre parmi les quelque 16 000 partisans autorisés à l'Arrowhead Stadium. Une bien étrange réaction, qui démontre qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir et que les joueurs à travers la ligue n’ont certainement pas fini de vouloir se faire entendre. Le mercure risque de continuer de grimper dans les prochaines semaines à cet égard. 

«Ce moment d’unité, personnellement, je l’ai trouvé bien», a mentionné l’ailier défensif des Texans, JJ Watt, en conférence de presse après le duel. Les huées, durant ce moment, c’est très malheureux. Je ne comprends pas trop. Il n’y avait pas de drapeau impliqué, mais seulement deux équipes se rassemblant pour démontrer de l’unité.» 

La saison est bel et bien lancée. Reste à savoir si elle se déroulera sans embûche ou interruption.