/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Partys étudiants: 20 cas de COVID-19 identifiés au Bas-Saint-Laurent

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités sanitaires du Bas-Saint-Laurent ont désormais identifié 20 personnes atteintes de la COVID-19 en lien avec la série de fêtes étudiantes, dont l’une aurait réuni plus de cent personnes dans une résidence de La Pocatière, ce qui a poussé le cégep de La Pocatière à suspendre les activités sur son campus.

• À lire aussi: Le Bas-Saint-Laurent craint une explosion des cas de COVID-19

• À lire aussi: Le Cégep de La Pocatière passe en mode 100% virtuel à cause de la COVID-19

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent avait lancé un grand appel à la collaboration et au dépistage mercredi, disant vouloir rejoindre la totalité des personnes qui ont fait la fête lors de divers événements privés entre le 30 août et le 6 septembre.

Il y avait à ce moment une douzaine de cas confirmés de COVID-19 en lien avec cette situation.

Comme des personnes infectées ont visité des bars du Kamouraska et de Rivière-du-Loup, la clientèle de ces commerces est aussi invitée à aller se faire tester.

Cégeps sur pause

En raison de cette éclosion dans la communauté collégiale, le cégep de La Pocatière et l’Institut de technologie agroalimentaire, campus de La Pocatière, ont été contraints de suspendre toutes les activités devant être réalisées en personne au moins jusqu’au 24 septembre, suivant ainsi les recommandations de la Santé publique.

Les activités de formation vont se poursuivre, mais en ligne seulement, ont précisé ces établissements. 

Au cégep de La Pocatière, tous les étudiants avaient au moins un cours en ligne, indique sa directrice générale, Marie-Claude Deschênes. 

« Ç’a un impact sur tout le monde, lance-t-elle. Ça chamboule beaucoup les choses, mais on était prêts. On a pu redémarrer la session ce matin à distance, même si ça demande beaucoup d’adaptation pour nos enseignants et étudiants. »

À l’Institut de technologie agroalimentaire, le son de cloche est semblable. « Le plan B était prêt, mais on ne pensait pas devoir le déployer si rapidement », affirme son directeur général, Sylvain Gingras.

Il souligne que la majorité de la formation en ligne était déjà prévue.

— Avec la collaboration de Daphnée Dion-Viens

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.