/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Pas d’enseignement à distance pour les élèves en isolement, dénonce Rizqy

Coup d'oeil sur cet article

Les élèves qui ont eu des contacts directs avec une personne atteinte par la COVID-19, et qui doivent rester en isolement à la maison sont privés d’éducation à distance, dénonce Marwah Rizqy, la porte-parole de l’opposition en matière d’Éducation.

• À lire aussi: COVID-19: «C’est le temps de sévir», annonce François Legault

En entrevue à Mario Dumont, Mme Rizqy juge que si la situation est encore gérable dans les écoles, il ne faut pas attendre deux semaines pour que tout déraille, mais prendre des mesures maintenant. 

«On voit déjà que plusieurs classes sont fermées. Comment se fait-il que lorsque l’on ferme au primaire, deux, trois, jusqu’à cinq classes complètes, les enfants sont retournés à la maison sans aucun accompagnement à distance?» se questionne Mme Rizqy. 

Dans son plan de retour en classe, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, s’était engagé, avec sa garantie «équité-qualité», à poursuivre l’éducation à distance. 

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de la députée libérale, Marwah Rizqy, avec Geneviève Pettersen à QUB radio:  

Il avait indiqué qu’en cas de retrait d’un élève, il faudrait 24 h pour instaurer l’éducation à distance, en fournissant même le matériel comme les ordinateurs ou les tablettes. 

Selon Mme Rizqy, ce n’est absolument pas ce qui est en train de se produire partout au Québec. 

Dans la cour des parents

Les enfants qui ont un billet médical, et dont l’enseignement à distance était déjà prévu dès le début de la rentrée, bénéficient d’un seuil minimal d’enseignement, mais ceux qui sont retirés de l’école en raison de la COVID n’ont rien de garanti. 

«Tous les autres, ceux dont les parents sont appelés à deux heures l’après-midi pour aller chercher leurs enfants parce qu’un cas est confirmé, sont retournés à la maison. Les enfants isolés pendant 10 jours n’ont pas d’enseignement à distance. Imaginez quand c’est une classe complète!»

Contrairement à l’enseignement à distance, les enfants en isolement pourraient avoir des devoirs, l’enseignement a une responsabilité, il peut communiquer avec l’enfant, mais il n’y a pas d’enseignement minimum garanti en ligne, précise la porte-parole. 

Elle considère qu’une classe qui ferme pourrait continuer à fonctionner de manière virtuelle, et basculer en enseignement à distance, avec un seuil minimum de service, mais ce ne serait pas le cas actuellement. 

«Lorsqu’on a une classe fermée, que l’enseignant aussi est en isolement, pourquoi on ne fait pas un seuil minimum de service en ligne? Sinon, on est encore en train de pelleter le problème dans la cour des parents», soutient la députée de Saint-Laurent.

Finalement, avec la COVID-19, un enfant pourrait être retiré et placé en isolement plusieurs fois dans la même année, raison de plus, selon Mme Rizqy, d’assurer un seuil minimum d’enseignement à distance. 

«Pourquoi le ministre ne crée pas une équipe dédiée à l’enseignement à distance? Savez-vous quoi? On a même les gens pour le faire! Au lieu de refuser le retrait préventif aux enseignantes enceintes, on peut les mettre directement aux services en ligne! On va les protéger et utiliser leur expertise pour les classes à distance!» conclut-elle. 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.