/sports/fighting
Navigation

Zewski dans un bon état d’esprit

Le Québécois aura son plus gros défi en carrière samedi soir à Las Vegas

Le combattant Mikael Zewski estime que le combat contre Egidijus Kavaliauskas pourrait changer le cours de sa carrière.
Photo d'archives, Agence QMI Le combattant Mikael Zewski estime que le combat contre Egidijus Kavaliauskas pourrait changer le cours de sa carrière.

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’on lui a proposé un combat contre Egidijus Kavaliauskas, Mikael Zewski a décidé d’accepter le défi sans hésiter. C’est la chance qu’il attendait depuis plusieurs années.   

• À lire aussi: Les galas de boxe autorisés

• À lire aussi: Le tout pour le tout pour Zewski

Le Trifluvien de 31 ans (34-1, 23 K.-O.) est bien conscient qu’il est à la croisée des chemins. 

Une victoire contre Kavaliauskas lui donnerait la notoriété nécessaire pour obtenir un combat de championnat du monde contre Terrence « Buddy » Crawford dans les prochains mois. 

Les titres NABO et WBC Continental des Américains des poids mi-moyens seront à l’enjeu. Cependant, il a tout un défi devant lui. Kavaliauskas (21-1-1, 17 K.-O.) est un dossier compliqué. 

« Je suis le négligé et j’aime ce rôle, a mentionné Zewski lors d’un entretien téléphonique avec Le Journal de Montréal. C’est un duel où j’ai beaucoup à perdre, mais aussi tout à gagner. »

Dans les derniers jours, son adversaire a mentionné à des journalistes qu’il s’attend à des feux d’artifice contre Zewski. 

« Si je me place dans les souliers d’un amateur, je serais excité par notre combat, a ajouté celui qui en sera à sa première finale en carrière. Nous sommes deux boxeurs rapides et forts.  

« Je suis prêt à aller à la guerre contre lui et je me suis bien préparé. Ma stratégie n’est pas coulée dans le béton. Nous sommes prêts à l’ajuster en cours de route. »

Au cours des derniers mois, Zewski a soigné une fracture au pouce subie à son dernier combat. Il a ressenti à nouveau de la douleur lors de son retour à l’entraînement. 

Par contre, il veut rassurer les amateurs à ce sujet. Tout s’est bien déroulé durant son camp à ce chapitre. 

« De plus, j’ai demandé au médecin Maxime Lamirande de m’accompagner à Las Vegas comme deuxième homme de coin, a expliqué le droitier. Il est présent à titre préventif. C’est une affaire mentale avant tout. 

« Il va s’occuper de mon pouce s’il y a quelque chose. Moi, je dois me concentrer sur mon combat. »

Retour dans le passé

Pour Zewski, ce séjour à Vegas a une saveur particulière. Il a l’occasion de renouer avec certains membres de Top Rank avec qui il a travaillé durant les premières années de sa carrière. 

« J’ai pu revoir des personnes comme Brad Goodman et le photographe Mikey Williams, a-t-il expliqué. C’est un environnement familier. Même si ça s’est mal terminé, je ne ressens pas de rancune à leur endroit. »

Il préfère se concentrer sur la mission qu’il aura dans le ring samedi soir. Et c’est la bonne chose à faire. 

En terminant, Zewski peut compter sur la présence de son épouse Sabrina Bernier à Las Vegas. 

Même si elle ne peut pas entrer dans la bulle, la Québécoise tenait à être sur place pour le combat le plus important de la carrière de son homme. 


Yvon Michel rencontre Eleider Alvarez et son gérant Stéphane Lépine la semaine prochaine afin de faire le point sur sa carrière.

Entre les branches, on raconte que l’ancien champion du monde WBO des mi-lourds aurait le goût de continuer. Cependant, il devrait mettre les bouchées doubles au gymnase avant son prochain combat. 

Kim Clavel pourrait remonter sur le ring aux États-Unis au mois de novembre. Des négociations entre Top Rank et GYM sont en cours.