/sports
Navigation

Après une pause de deux semaines, le sport scolaire reprendra ses droits à compter de lundi

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge a confirmé la nouvelle, vendredi matin, lors d’un point de presse. En plus de sa propre bulle-classe, chaque élève pourra aussi se retrouver au sein de deux autres bulles qui demeureront elles aussi intactes. 

«C’est une annonce favorable qui corrige une incohérence qu’on décriait depuis deux semaines, a résumé le président et directeur général du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), Gustave Roel. C’est logique que le sport scolaire puisse reprendre alors que le sport associatif n’a jamais arrêté. Les étudiants pourront retrouver une certaine vie en ayant l’opportunité de pratiquer deux activités.»

Les responsables sportifs des écoles accueillaient aussi la nouvelle avec soulagement. «On est passé par toute la gamme d’émotions, a illustré le responsable des sports à l’Académie Saint-Louis Daniel Fleury. Lors de l’allocution du ministre, ça ne semblait pas très positif. On comprenait que chaque sport allait être limité à trois bulles. Dans le communiqué du ministère sur le site web, c’est toutefois clair que les étudiants peuvent évoluer au sein de trois bulles. J’ai gardé confiance, mais j’étais un peu stressé, jeudi, quand le premier ministre a mentionné qu’il y aurait une annonce vendredi. Habituellement, ce ne sont pas de bonnes nouvelles que l’on reçoit le vendredi. Il y avait aussi des doutes que les régions identifiées comme des zones jaunes ne puissent pas recommencer. C’est logique d’arrêter uniquement pour les zones orange.»

Calendrier

Afin de s’assurer de débuter la saison le plus rapidement possible et avant de recevoir le feu vert de Québec, les responsables de football des circuits juvéniles 1 et 1B se sont rencontrés, jeudi, afin d’élaborer les grandes lignes du calendrier.

Pour cette saison écourtée et unique, ils ont convenu de diviser les équipes en trois conférences, peu importe leur calibre, mais en tenant compte de leur provenance géographique.

«Les intervenants voulaient diminuer les déplacements et minimiser les impacts dans l’éventualité qu’une région soit bloquée, a expliqué Roel. On comprend que ce n’est pas le même calibre, mais on voulait s’assurer de pouvoir repartir le plus vite possible afin que les jeunes puissent vivre une expérience positive. Ce sont des jeunes du même âge et je n’ai pas de crainte au sujet de la sécurité. Les intervenants m’ont dit qu’ils allaient porter une attention particulière à la sécurité et ça me rassure.»

Dans la région de Québec, on retrouvera une division à six équipes. Le séminaire Saint-François, Saint-Jean-Eudes, l’Académie Saint-Louis et l’école secondaire Roger-Comtois qui évoluent habituellement en Division 1 croiseront le fer avec le collège de Lévis et l’école secondaire de Pointe-Lévy. Afin de permettre aux équipes de bien se préparer, la saison débutera le 25 septembre.

Ce modèle qui favorise les regroupements régionaux sera aussi privilégié dans le circuit collégial Division 1, selon le nombre d’institutions qui prendront le départ. La décision sera connue lundi.

Il y aura néanmoins une finalité provinciale. Le conseil d’administration du RSEQ doit déterminer s’il y aura un Bol d’Or selon la formule habituelle ou si l’événement sera décentralisé avec des finales dans des villes différentes pour chaque catégorie. Même si la décision n’est pas encore arrêtée, il y a de très, très grandes chances que la décentralisation soit retenue.