/finance
Navigation

Gentilly-2 sur le point d'entrer en dormance pour des décennies

Coup d'oeil sur cet article

Une étape importante est en train d'être franchie en vue de la mise en dormance de la centrale nucléaire Gentilly-2, à Bécancour, dans le Centre-du-Québec. 

D'ici quelques jours, le combustible irradié aura été retiré de la piscine dans laquelle il séjournait depuis sept ans pour être transféré dans les modules bétonnés appelés Canstor sur le site du complexe nucléaire.

Le combustible irradié y séjournera pendant une période d'au moins 40 ans.

La centrale nucléaire Gentilly-2 avait définitivement cessé de fonctionner en 2012.

En raison de la pandémie, des retards ont eu lieu dans certaines des opérations de déclassement, mais pas en ce qui concerne celles visant le déplacement des matières contaminées.

Hydro-Québec tenait à respecter l'échéancier afin d'abaisser le plus rapidement possible la cote de risque de la centrale.

«On a vraiment priorisé les activités qui étaient les plus stratégiques pour nous. Évidemment, de s'assurer de transférer tout le combustible, oui, c'est pour transférer le combustible, mais c'est aussi des risques de moins sur le site. Donc, ce genre d'activités là, c'était clair, pour nous, qu'on les priorisait et là, on va réussir comme prévu à faire le travail cette année», a expliqué vendredi Donald Olivier, directeur de Gentilly-2, en entrevue avec TVA Nouvelles.

D'ici peu, le complexe sera placé en dormance. Seules des activités de surveillance y seront maintenues. Des 800 employés qu'on y comptait lorsque la centrale était en production, il n'en reste plus que 60. Ce nombre tombera bientôt à 15.

Le combustible irradié ne pourra quitter Bécancour pour être transféré vers le futur site canadien de déchets nucléaires en Ontario qu'à partir de 2050.