/sports/fighting
Navigation

Histoire de gouttelettes autour du ring

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir vu la Santé publique autoriser les galas de boxe au Québec, certains observateurs ont soulevé des doutes quant à la présence de 250 spectateurs lors des événements. 

À la boxe, les spectateurs sont des passionnés. Ils aiment bien crier leurs encouragements aux boxeurs qui sont sur le ring. Ils pourraient donc projeter des gouttelettes sur leurs voisins.  

Quelles seront les dispositions mises en place par les promoteurs pour éviter une éclosion ? 

Camille Estephan s’est montré rassurant à ce sujet. 

« Au départ, j’avais pensé de faire mes galas dans un hôtel, a mentionné le patron d’Eye of the Tiger Management. Toutefois, c’était plus difficile de respecter les règles imposées par la Santé publique à la lettre.  

« On a alors décidé de présenter notre premier gala dans un aréna [le Centre Gervais Auto de Shawinigan]. On aura assez d’espace pour respecter la distanciation sociale entre les spectateurs sur la patinoire. Le plafond est plus haut que dans d’autres salles. Il n’y aura personne dans les gradins. »

40 tables nécessaires

Si tout va bien, Eye of the Tiger Management présentera son premier gala à Shawinigan, le 3 octobre. Estephan a déjà établi des plans avec le président de l’équipe de hockey junior majeur des Cataractes, Roger Lavergne, pour cette soirée de boxe. 

Les organisateurs ont prévu une quarantaine de tables avec un maximum de six personnes par table. 

« Ça va beaucoup ressembler à ce que l’on voit dans les restaurants. Les officiels seront assis à deux mètres du ring. 

« Tout sera mis en place pour assurer la sécurité de tout le monde. Notre priorité sera de tout faire pour éviter une éclosion. »


Selon nos informations, Batyr Jukembayev (18-0, 14 K.-O.) étudie une offre pour un combat contre le dangereux Ouzbek, Shohjahon Ergashev (18-0, 16 K.-O.). Le tout aurait lieu le 19 novembre aux États-Unis.