/news/currentevents
Navigation

Recours collectif contre la course Ironman annulée à Mont-Tremblant

Coup d'oeil sur cet article

Une demande d’action collective a été déposée vendredi contre les courses Ironman qui ont été annulées à Mont-Tremblant en raison de la pandémie, les participants n’ayant toujours pas été remboursés.

« Je trouve ça triste [...] Faire un Ironman, c’est quelque chose dont tu peux être fière. Là, ça m’enlève toute fierté. Ils ne prennent même pas la peine de nous respecter », lance Joanne Picard.

Elle a payé plus de 900 $ pour s’inscrire au triathlon Ironman qui devait se tenir le 23 août dernier, à Mont-Tremblant, dans les Laurentides.

Or, l’athlète n’a toujours pas été remboursée par les organisateurs, même si quatre mois se sont écoulés depuis l’annulation de tous les événements sportifs du genre en raison de la COVID-19, peut-on lire dans une demande d’action collective qui a été déposée vendredi au palais de justice de Montréal et dont Le Journal a obtenu copie.

Un an de préparation

Les courses Ironman font partie des événements sportifs d’endurance les plus difficiles au monde.

Le triathlon complet implique de parcourir plus de 220 kilomètres à la nage, à vélo et à pied.

Il faut donc s’y préparer au minimum un an d’avance, explique Mme Picard.

Dès qu’elle a appris l’annulation, elle a immédiatement demandé un remboursement.

« Nous sommes dans l’impossibilité d’offrir un remboursement », lui a finalement répondu Ironman Mont-Tremblant en août dans un courriel non signé qu’a pu consulter Le Journal.

Les seules options offertes par l’organisation sont celles de participer au même événement dans un autre pays... alors que la planète est encore paralysée par la pandémie.

Report en 2021

L’autre possibilité est de reporter sa participation à 2021.

Or, Mme Picard avait déjà décidé que le triathlon de cet été serait son dernier Ironman.

« C’est inacceptable », s’exclame Me Jimmy Lambert, l’avocat qui pilote le dossier.

« Il y a de la mauvaise foi, clairement. »

Pandémie ou pas, la date de l’événement est un élément essentiel du contrat qui liait Ironman à ses participants, explique Me Lambert.

De plus, lorsque le paiement est fait plus de deux mois à l’avance, l’entreprise a l’obligation de placer cet argent dans une fiducie plutôt que de le dépenser, ajoute-t-il.

La requête demande donc à ce que les personnes inscrites aux différentes courses soient remboursées, avec un dédommagement additionnel de 300 $ pour tous les inconvénients subis.

Tard vendredi soir, Ironman Canada n’avait pas répondu aux questions du Journal


La demande d’action collective doit encore être autorisée par un juge, mais les membres potentiels peuvent déjà s’inscrire à l’adresse : https://lambertavocatinc.com/recours-collectif-ironman/