/sports/tennis
Navigation

Eugenie Bouchard en demi-finale

Coup d'oeil sur cet article

Eugenie Bouchard a poursuivi son beau parcours au Championnat de tennis d’Istanbul, vendredi, en atteignant les demi-finales C’est la première fois depuis 2018 que la joueuse de Westmount se rend aussi loin dans un tournoi de la WTA. 

Au lendemain de sa victoire en trois longues manches contre la favorite du tournoi Svetlana Kuznetsova, Bouchard est cette fois venu à bout de Danka Kovinic en trois sets de 3-6, 6-4 et 7-5. L’affrontement a duré un peu plus de trois heures.

«J’ai gagné parce que je n’ai pas abandonné. J’étais fatiguée physiquement et mentalement alors j’ai dû me battre, et j’en suis très fière», a dit Bouchard en entrevue à la WTA.

Il s’agit d’une deuxième victoire en carrière pour la Québécoise, 272e au monde, face à la Monténégrine, 92e.

La joueuse de Westmount aura pour prochaine adversaire l’Espagnole Paula Badosa, 94e raquette mondiale, qui a vaincu la Slovène Polona Hercog, troisième favorite et 49e au monde, en trois manches de 4-6, 6-3 et 6-4. Badosa a remporté l’unique rencontre entre Bouchard et elle, il y a deux ans, à Contrexeville.

Gagner malgré la fatigue

Issue des qualifications, Bouchard n’a pas disputé de demi-finale sur le circuit depuis celle au Luxembourg en 2018. Elle avait perdu à ses quatre dernières présences en quart de finale. Sa prestation à Istanbul lui permettra de faire un bond de plus de 80 places au classement et de réintégrer le top 200 de la WTA.

Cette victoire contre Kovinic a toutefois été chèrement obtenue par Bouchard, qui a dû livrer un deuxième match marathon en autant de jours après avoir renversé Kuztnetsova, 34e au monde, en trois manches de 7-6 (3), 6-7 (5) et 6-2, jeudi, en huitièmes de finale.

En effet, la Québécoise de 26 ans ne semblait pas au meilleur de sa forme en début de rencontre. Ses déplacements n’étaient pas aussi fluides qu’à l’habitude et elle a paru incommodée à l’épaule droite.

«Ça démontre que même si je ne me sens pas bien avant un match, en début de match ou pendant le premier set, je peux renverser la vapeur. Il y a toujours de l’espoir , a-t-elle poursuivi. Ça m'offre ce sentiment de confiance qui permet de me donner une chance même si les choses ne vont pas bien.»

Malgré quelques difficultés au service, particulièrement en deuxième balle, Bouchard s’est avérée très régulière dans les échanges. Elle a également brisé son adversaire à quatre reprises, notamment au neuvième jeu de la deuxième manche alors qu’elle et Kovinic étaient à égalité 4-4.