/weekend
Navigation

Partir sur la route pendant une pandémie

Michel Barrette, 577 rue Saint-Louis, Saint-Narcisse, Beauce, 26 aout 2020. Photo PASCAL HUOT / JOURNAL DE QUEBEC / AGENCE QMI
Photo Pascal Huot Michel Barrette a décidé de proposer un nouveau spectacle « spécial COVID » cet automne.

Coup d'oeil sur cet article

Quand le confinement du printemps a chamboulé ses plans de tournée, Michel Barrette a tenté tant bien que mal de passer le temps. Mais le conteur infatigable avait hâte de remonter sur scène raconter ses histoires. C’est ce qu’il fait cet automne avec un « spectacle éphémère », Sans masque, qui mêle de nouvelles et anciennes anecdotes.

Michel Barrette devait commencer ses adieux scéniques cette année, avec le début de l’ultime tournée de sa carrière, L’humour de ma vie. Mais devant l’incertitude de la pandémie, il a tout reporté à l’an prochain. 

Avec le déconfinement des dernières semaines, et la possibilité de jouer devant des publics distancés de 250 personnes, le conteur ne se voyait pas rester à la maison tout l’automne. Ses proches avaient aussi hâte qu’il retourne sur scène. « Ma blonde n’en pouvait plus de m’entendre raconter des histoires (rires) ! » lance-t-il.

Il a donc imaginé un spectacle « spécial COVID » qu’il pourrait présenter dans de petites salles, en respectant les mesures sanitaires. Dans cette nouvelle formule, le conteur se permet de replonger dans certaines histoires qu’il n’a pas contées depuis 30 ans.

« J’avais toujours évité de faire ça avant. Mais on m’a dit qu’après 40 ans de métier, je pouvais revisiter des vieux numéros, dit-il. Et je me dis que si je ne m’en souvenais pas moi-même, de ces histoires, les chances étaient minces pour que les gens se les rappellent. »

Une semaine à la fois

Cet été, après quelques mois de pause, il est remonté sur les planches au Vieux Clocher de Magog. « Je pensais tomber dans une affaire qui n’a pas de maudit bon sens, admet-il à propos des nouvelles mesures sanitaires. Mais je ne m’en suis pas aperçu. Le premier soir, j’ai remarqué qu’il y avait une ligne que je ne pouvais pas dépasser sur scène, pour ne pas être trop près des premières tables. Mais sinon, je ne me suis pas aperçu qu’il y avait de la distanciation. »

Afin de maximiser ses déplacements, et de réduire le plus possible les dépenses, Michel Barrette aimerait bien jouer deux fois par soir dans certaines villes qu’il visitera cet automne. « Je faisais ça dans le temps, il y a 25 ou 30 ans ! » dit-il en riant.

Avec les menaces d’une deuxième vague, le conteur mentionne y aller « une semaine à la fois » depuis le début de la pandémie. « Quand tout a arrêté au printemps, j’étais en ta... ! Mais après, je me suis rendu compte qu’il y avait des gens bien pires que nous. »

Quitter les Trois Tilleuls

Face à la crise, il a dû se départir, au printemps, de ses parts dans l’hôtel des Trois Tilleuls, à Saint-Marc-sur-Richelieu, un lieu qu’il affectionnait depuis des années. 

« C’est sûr que c’est triste, dit-il. On avait investi beaucoup de temps dans l’hôtel et on était content de voir que ça fonctionnait. Mais avec le recul, pour être honnête, on a éliminé une source de stress, ma femme et moi. »

En plus de cette séparation d’affaires, l’humoriste a aussi choisi de déménager, lui qui vivait dans une suite de l’hôtel. « J’ai laissé mon milieu de vie, dit-il. On est parti à la campagne. On a changé de vie pour avoir quelque chose d’encore plus calme et isolé. »


Michel Barrette présentera son spectacle Sans masque, ce soir et le 18 septembre, à l’Étoile Banque Nationale, à Brossard. Pour toutes les dates : michelbarrette.ca.