/sports/soccer/impact
Navigation

Pas de marge de manœuvre

L’Impact se doit d’être parfait à Vancouver

MLS - Whitecaps FC c. Impact
Photo d'archives, Martin Chevalier L’entraîneur de l’Impact Thierry Henry espère une solide performance de ses joueurs lors de ce séjour à Vancouver.

Coup d'oeil sur cet article

Si l’Impact veut avoir une chance de défendre son titre de champion canadien, il devra être parfait lors de ses deux prochains matchs contre les Whitecaps de Vancouver.

Une défaite ou un verdict nul ce soir à BC Place et ce sera fait, le Toronto FC (12 points) passera en finale.

Le Bleu-blanc-noir possède actuellement six points. Il lui faut donc remporter ses deux rencontres contre les Caps cette semaine, l’autre sera disputée mercredi soir.

Et ce n’est pas tout, l’Impact devra marquer des buts pour avoir un bon différentiel puisque pour passer en finale, les hommes de Thierry Henry devront, en plus de l’emporter, marquer au moins quatre buts de plus que les Whitecaps.

Pour le moment, Toronto présente un différentiel de +4 alors que l’Impact pointe à +1. L’Impact pourrait toujours s’en tirer avec +4, mais il devrait alors marquer beaucoup de buts puisqu’on regardera les buts marqués pour le bris d’égalité suivant. Les Reds en ont neuf à leur actif et l’Impact seulement quatre. 

Des occasions

Et puisqu’il est question de marquer des buts, Thierry Henry estime que son équipe fait tout pour y parvenir, mais manque un peu de finition.

« On a des occasions, les mecs se retrouvent dans de bonnes situations. J’ai été attaquant, des fois, je ratais des un contre un, j’étais sept matchs sans marquer, ce sont des choses qui arrivent. »

L’entraîneur-chef estime que c’est surtout une question de rythme qui vient avec les matchs qui s’enfilent.

« C’est une question de répétition, se retrouver dans une position et y croire. Il faut reconnaître le moment, mais ça va venir. »

Trois points

Si atteindre la finale du Championnat canadien est important, ce n’est pas le seul objectif de l’équipe puisque ces rencontres comptent aussi pour le classement de la MLS.

« On doit prendre quand même les trois points pour le championnat. On doit d’abord gagner le match. Si on peut mettre plus de buts, bien sûr qu’on va le faire, mais il y a une équipe en face qui essaie d’éviter ça. »

Il y a donc une certaine pression sur les épaules de l’équipe, mais rien de très étouffant, comme le souligne Clément Diop.

« Il n’y a pas de pression additionnelle. On veut simplement tout faire pour remporter ce match. Mais, évidemment, nous avons besoin de deux victoires et de buts pour remporter le Championnat canadien. »

Une erreur

On sait comment le dernier match contre Toronto s’est terminé. Les deux équipes se dirigeaient vers un match nul quand une erreur de Rudy Camacho a permis à Jozy Altidore d’aller marquer son premier but de la saison pour donner la victoire aux Torontois.

Mais cette séquence malheureuse a rapidement été mise de côté par l’équipe.

« Tout le monde sait que c’est une erreur ce qui s’est passé sur le but, a commencé Thierry Henry. Des fois, je fais des erreurs de changement, des erreurs de tactique. Là, Rudy en a fait une, mais ça ne remet pas en question les 88 minutes avant. Il était en train de faire un bon match. »

Clément Diop, qui avait une place de choix pour assister à l’erreur de son coéquipier, ne lui en tient pas rigueur.

« Les erreurs arrivent à tout le monde. C’est dommage, mais il faut se serrer les coudes. On sait qu’il a voulu bien faire et qu’il va donner le maximum [lors du prochain match]. Il est fort dans la tête et il va le montrer à tout le monde.

« En espérant qu’il nous fasse gagner le prochain match, c’est du moins ce que je lui souhaite. » 

Profiter des matchs à la maison 

Les Whitecaps de Vancouver ont perdu les trois matchs qu’ils ont joués dans l’est du pays contre Toronto (deux défaites) et Montréal (un revers) dans cette série de rencontres canadiennes.

Il n’y a pas de doute possible, l’équipe de Marc Dos Santos est bien heureuse d’être de retour à la maison et l’a prouvé en battant Toronto 3 à 2 la semaine dernière à BC Place.

« Nous sommes dans un meilleur environnement, on est familiers et plus à l’aise. C’est plus positif, a confirmé Dos Santos. La victoire contre Toronto a fait beaucoup de bien à cet égard. »

« Notre voyage sur la côte est nous a permis de grandir beaucoup en tant qu’équipe », a tempéré Andy Rose.

Trouble-fête

Les Whitecpas, qui n’ont aucune chance de gagner leur place en finale du Championnat canadien, ont tout de même l’occasion de faire suer l’Impact. Mais Dos Santos assure que ça ne fait pas partie de ses préoccupations quand il prépare les deux rencontres à venir cette semaine.

« Nous ne pensons pas à gâcher la fête, on ne pense qu’aux points pour la MLS afin qu’on puisse se tailler une place parmi les huit qui donneront accès aux séries éliminatoires dans l’Ouest.

« On veut aussi essayer d’aller chercher une deuxième victoire de suite. On constate qu’il y a encore une belle place pour l’amélioration. »

Dans le néant

Pour la suite des choses, les Whitecaps se retrouvent dans la même situation que l’Impact. Ils vont disputer leurs trois prochaines rencontres aux États-Unis sans savoir ce que l’avenir leur réserve au-delà de ça.

« On ne sait pas si on aura d’autres matchs à la maison cette saison, mais j’imagine que la réponse sera non », a expliqué Rose.

« Alors ces deux rencontres sur notre terrain sont immensément importantes avant qu’on passe à la prochaine étape. »

Les Whitecaps vont se retrouver dans une drôle de situation puisqu’ils vont disputer deux de leurs trois prochaines parties à l’étranger et que leur seul match « à domicile » sera joué au Providence Park de Portland... contre les Timbers de Portland.

Qui plus est, un maximum de 5000 partisans sera admis dans le stade. Il s’agira donc d’un match à domicile face à une foule hostile. 

Impact

Parler d’autre chose 

Thierry Henry qui ne parle qu’aux médias habituellement va rompre avec la routine en donnant une conférence virtuelle samedi prochain. Celle-ci sera présentée sur l’espace Yoop et tout le monde pourra y assister. « Je veux pouvoir essayer de parler avec vous les journalistes et les supporters d’autres choses, de ce qui se passe dans le monde actuel », a précisé Henry.

« J’ai envie d’aborder d’autres sujets et de partager un petit moment avec le public. » 

Whitecaps

Une bonne réaction 

Même si les Whitecaps de Vancouver pourraient sembler être une proie facile, Thierry Henry ne voit pas du tout les choses de la même façon. Il estime plutôt qu’il faut se méfier de la troupe de Marc Dos Santos qui est capable de causer de belles surprises.

« Cette équipe a eu une très bonne réaction contre Toronto la semaine dernière. C’est une très bonne équipe, les choses auraient pu être différentes s’ils avaient marqué leur pénalty lors du premier match. »