/opinion/columnists
Navigation

Pis?

Coup d'oeil sur cet article

Vous ne l’avez pas eue, vous ne l’aurez pas, mais la COVID-19 vous tourmente et joue avec votre patience dès que vous bougez. 

Comme le cancer devenu une triste et angoissante loterie à laquelle vous êtes forcés de participer et à laquelle vous ne voulez surtout pas gagner. Comme cette peur de finir oubliés dans un CHSLD. Comme ces mégadéficits gouvernementaux qui nous poussent dans l’inconnu, sinon la faillite assurée de nos enfants.

Les radars photo, le beurre, vieillir, la sécurité d’emploi, le sel, les guerres, les terroristes, les impôts, les travaux, les fraudes, les vols d’identité.

« Ça va bien aller ». 

Ouais, on dirait que pour aller bien, la société doit imposer des peurs, des angoisses, de l’anxiété, de la frousse. Au mieux, de la panique, de la terreur.

Pourtant, nous sommes plus brillants que ça. N’ayez pas peur du plaisir. Cherchez la joie de vivre. Semez, vous allez récolter. Donnez confiance aux jeunes, réconfortez les vieux et fréquentez des gens vrais, positifs et bons dans l’âme.

C’EST FACILE

Nous venons de passer la moitié d’une année dans du jamais-vu et il ne faut pas lâcher. Les directives sont là et elles sont faciles à suivre. Moyennant quelques privations pas si graves, la vie est encore belle et vous offre toujours des opportunités de bonheur tournant autour de l’amour, la famille, l’amitié, la nature, la musique, l’humour, la création, le repos. 

Communiquez comme vous ne l’avez jamais fait. Textos, téléphone, Facebook, Facetime et autres. Un neveu, une matante, un ancien collègue, une amie d’enfance... Allez ! Renouez et répandez la bonne humeur ! Sur cette terre, il y a beaucoup plus de gens qui s’aiment que de gens en guerre. Faites-en la preuve.

Ben oui, un masque. Pis ? 

TI-PAQUET

  • Beaucoup de gens ne devraient pas faire de karaoké en public, et ce n’est pas une question de pandémie.
  • La voisine de Pélo n’a rien contre le port du masque. Elle adore maintenant aller magasiner pas de dentier.
  • Au moment où vous lisez ceci, Laurent Duvernay-Tardif est en train de refaire une partie de l’A20 d’une main et il lit une histoire à un enfant de l’autre.
  • Dans les yeux des jeunes, il y a des flammes. Dans les yeux des vieux, il y a de la lumière.
  • Conséquence de la pandémie, la police cherche un pusher de papier de toilette. Il s’agit d’un Cotton Hells.
  • L’encens aurait été découvert en l’an 100.
  • Le rêve américain : « Yes, we can ! » Le rêve québécois : « Yes, week-end ! »
  • La chanson Donne-moi ta bouche a été retirée du karaoké et remplacée par J’aimerais te tasser le masque.
  • Et comme disent les gens allumés : « See you lighter... »