/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Fort achalandage à la clinique mobile de Rimouski

Coup d'oeil sur cet article

Au lendemain de la plus forte augmentation de cas de COVID-19 au Bas-Saint-Laurent, le bilan s’est encore alourdi dimanche, alors que la région comptait 21 nouvelles infections.

• À lire aussi: Toronto: éclosion dans un bar de danseuses

• À lire aussi: Plus de 80 cas actifs au Bas-Saint-Laurent

Avec cette hausse, il y a actuellement 81 cas actifs sur le territoire, mais on ne compte aucune hospitalisation.

C’est dans la MRC de Rivière-du-Loup où l’on observe la plus forte augmentation de cas, avant 14 nouvelles infections confirmées.

En comptant le nouveau rebond de la pandémie, 159 personnes dans le Bas-Saint-Laurent ont attrapé le coronavirus depuis le début de la pandémie.

C’est donc dire qu’en seulement cinq jours, la région a atteint plus de cas que ce qui avait été enregistré dans la région au cours des six premiers mois de la pandémie.

On saura, au plus tard mardi, si le Bas-Saint-Laurent passera au palier 2 (jaune) du système d’alertes régionales mis en place par Québec. Les directeurs de la santé publique de la province feront le point lundi soir.

Appel à la vigilance

Le directeur régional de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, Sylvain Leduc, a lancé un appel à la vigilance pour toutes les personnes ayant fréquenté le resto-bar Le Shaker de Rimouski et le bar La Taverne 666 entre le 1er et le 12 septembre inclusivement.

Le Shaker a fait savoir, sur page Facebook dimanche après-midi, qu’il fermait ses portes pour les prochains jours par mesure préventive.

«Deux de nos employés ont été testés [sic] positifs à la COVID-19», a écrit la direction.

D’autres mises en garde ont été lancées ces derniers jours. Les personnes qui ont fréquenté La P’tite Grenouille entre le 30 août et le 6 septembre et l’Électrofest le 5 septembre sont invitées à se faire tester.

La Santé publique avait aussi partagé son inquiétude à la suite de fêtes privées d’étudiants qui ont eu lieu dans le Kamouraska.

Clinique de dépistage

C’est dans ce contexte qu’une clinique de dépistage mobile était ouverte, ce dimanche, de 13h à 21h au PEPS du cégep de Rimouski.

La clinique a été un succès: pas moins d’une centaine de personnes faisaient la file, dimanche après-midi, afin de savoir si elles étaient porteuses du virus.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.