/sports/fighting
Navigation

«J’ai prouvé des choses»

Mikael Zewski a tenu son bout dans sa défaite contre Kavaliauskas samedi

«J’ai prouvé des choses»
Photo courtoisie, Top Rank

Coup d'oeil sur cet article

Mikael Zewski n’a pas réussi à atteindre son objectif samedi à Las Vegas en encaissant une défaite par knock-out aux mains du Lituanien Egidijus Kavaliauskas. Toutefois, il peut garder la tête haute. 

• À lire aussi: Un coup des ligues majeures

Mikael Zewski (à droite) a atteint solidement Egidijus Kavaliauskas à quelques reprises, samedi soir.
Photo courtoisie, Top Rank
Mikael Zewski (à droite) a atteint solidement Egidijus Kavaliauskas à quelques reprises, samedi soir.

Le Trifluvien (34-2, 23 K.-O.) a tenu tête à un des meilleurs boxeurs de sa division lors des six premiers rounds. Puis, son adversaire l’a surpris avec un uppercut au septième round qui a changé l’allure du duel. Et ce fut la fin des émissions lors de l’assaut suivant. 

La bonne offre

« Ce n’est pas fameux, mais c’est la vie, a mentionné Mikael Zewski quelques minutes avant de monter dans l’avion en direction de Montréal. J’ai tenu tête à un gars du top 10 mondial. 

« J’ai prouvé des choses au cours de ce combat. Je ne sais pas si ça va me permettre d’obtenir d’autres combats dans le futur avec Top Rank. 

« J’ai eu une bonne discussion avec Brad Goodman [matchmaker de Top Rank] après mon combat et il était très satisfait de ma performance. »

«J’ai prouvé des choses»
Photo courtoisie, Top Rank

Par contre, Zewski a déjà des conditions strictes pour les offres qui pourraient lui être offertes dans les prochaines semaines. Pas question de jouer au faire-valoir pour les jeunes loups de la division des mi-moyens (147 lb). 

« Ça va me prendre des combats qui vont continuer de me faire avancer, a mentionné Zewski qui ne parle pas de retraite pour le moment. Les offres devront être respectables. »

Au cours des dernières années, Zewski a poursuivi sa carrière avec le promoteur Yvon Michel. Celui-ci a permis au Trifluvien de se battre au Québec après plusieurs années d’exil aux États-Unis. 

« Mikael a démontré le talent et les habiletés, ce soir [samedi], qui prouvent qu’il peut battre les meilleurs 147 lb, a-t-il écrit sur son compte Twitter. Deux juges lui ont donné cinq des six premiers rounds. 

«J’ai prouvé des choses»
Photo courtoisie, Top Rank

« Il s’est fait surprendre par l’uppercut et a chuté. Rien de dramatique. Il faut juste se relever pour devenir encore meilleur ! »

Zewski profitera des 14 prochains jours au Québec pour faire sa quarantaine, mais aussi pour se reposer et analyser le combat contre Kavaliauskas.

Durs moments

La boxe québécoise a connu des moments difficiles au cours des dernières semaines. Tout d’abord, il y a eu l’attente interminable pour le déconfinement du sport par la Santé publique. Les intervenants du milieu commencent à enfin voir la lumière au bout du tunnel. 

«J’ai prouvé des choses»
Photo courtoisie, Top Rank

Sur le ring, il y a eu la belle victoire de Kim Clavel. Cependant, Eleider Alvarez et Mikael Zewski ont encaissé des défaites douloureuses à plusieurs points de vue. 

Après avoir connu un camp en dents de scie, Alvarez s’est fait dominer contre Joe Smith jr. Il doit rencontrer son promoteur Yvon Michel et son gérant Stéphane Lépine dans les prochains jours pour discuter de son avenir. 

L’ancien champion du monde souhaiterait continuer, mais il ne pourra plus se permettre d’avoir de mauvais camps d’entraînement. D’ailleurs, est-ce que Marc Ramsay voudra continuer avec lui après ses commentaires du 22 septembre dernier ? C’est une question importante qu’il faudra débattre au sein de son équipe. 

Puis, samedi, Artur Beterbiev a annoncé qu’il devait remettre son combat du 23 octobre en raison d’une blessure. Finalement, il y a eu la défaite de Zewski. 

Vraiment, on est très loin des années dorées de la boxe au Québec.