/opinion/columnists
Navigation

Combattre le racisme par la discrimination?

CANADA-POLITICS-GOVERNMENT-CHARITY-ETHICS-PANDEMIC-HEALTH
Photo d'archives, AFP Le premier ministre Justin Trudeau lors d’un point de presse au parlement le 18 août dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Trudeau vient d’annoncer la création d’un programme pour soutenir spécifiquement les entrepreneurs «noirs». Il justifie cela notamment par le fait que le manque d’accès au capital constitue un obstacle à la réussite économique des membres des «communautés noires» au Canada.

Ce programme de 221 millions $ en partenariat avec des banques va offrir jusqu’à 250 000 $ de prêts à des entrepreneurs «noirs». De plus, il leur facilitera l’accès à des formations et des conseils en matière de planification financière et de gestion d’entreprise.

Le racisme systémique dans les institutions financières?

Si j’ai bien compris le premier ministre Trudeau, du racisme systémique, il y en a dans les institutions financières du Canada. Une révélation pour moi, car je ne l’ai pas expérimenté personnellement. Je suis chez Desjardins. 

Je prends cependant acte du fait que le problème existe au Canada, en référence à l’annonce du PM Trudeau.

Je déclare mon intérêt 

Je suis «noir» par la force d’une convention obscure que mes ancêtres n’ont jamais signée. Alors, en tant que citoyen catalogué «Noir», je devrais égoïstement applaudir, me la fermer et voter pour Justin Trudeau lors de l’imminente élection fédérale pour m’assurer que ce nouveau fonds conçu sur mesure pour moi survivra! 

Et au diable le débat de fond sur le racisme et la discrimination!

Un cadeau empoisonné?

Monsieur Trudeau dit que l’objectif de ce programme est d’aider «des milliers de propriétaires d’entreprise et d’entrepreneurs noirs à travers le pays à se remettre de la crise et à faire croître leurs entreprises».

Et il ajoute : «La pandémie a mis en lumière les inégalités qui touchent de manière démesurée les communautés noires au Canada ainsi que la nécessité de relancer notre économie de façon à offrir à tous les Canadiens une chance égale de réussir».

Pourquoi seulement les communautés «noires»? Face aux institutions financières, des entrepreneurs «Blancs», «Verts», «Roses», «Rouges», «Jaunes», «Bruns» et autres couleurs de peau énigmatiques ne rencontrent-ils pas les mêmes enjeux que les «Noirs»?

Dans notre vie démocratique, les instruments de lecture dominants portent des noms. Ils s’appellent : sensation, perception, émotion, impression, intuition. Les conseillers de monsieur Trudeau et lui-même devraient le savoir. C’est élémentaire. 

Il y a lieu de craindre crispations et ressacs vis-à-vis des «Noirs» relativement à cette réponse discriminatoire contre le racisme. La capacité de l’ensemble de la population à apprécier instinctivement l’ordre des choses qu’il impose me paraît très faible. 

S’attaquer aux causes de la «maladie du racisme»; pas seulement aux symptômes, c’est à cela que je me serais attendu. En totale transparence, il aurait préalablement fallu publiquement faire œuvre de pédagogie en allant sur le fond du débat entourant le racisme avant une telle annonce.