/sports/football
Navigation

NFL: des débuts aux antipodes pour les Bucs et les Pats

FBN-SPO-TAMPA-BAY-BUCCANEERS-V-NEW-ORLEANS-SAINTS
Photo AFP À son premier match dans l’uniforme des Buccaneers après avoir connu un succès monstre chez les Patriots, Tom Brady a vécu un baptême de feu difficile face aux Saints.

Coup d'oeil sur cet article

Les Patriots rient pendant que Tom Brady pleure. Un match ne fait clairement pas une saison et il est infiniment trop tôt pour sauter aux conclusions. Reste que le légendaire quart-arrière n’a pas laissé une bonne première impression à ses débuts avec les Buccaneers, tandis que son successeur chez les Patriots, Cam Newton, a semé l’espoir.

Mieux vaut attendre avant de clamer que Brady est fini, qu’il n’aurait jamais dû quitter Foxborough, qu’il ne sera rien sans Bill Belichick, ou toute autre conclusion trop hâtive. 

Il n’en demeure pas moins qu’une bonne partie des 239 verges amassées dans un revers de 34-23 face aux Saints l’ont été en fin de match quand la victoire était hors de portée. La communication entre le quart et ses receveurs ne semblait pas au beau fixe. Ce fut notamment le cas sur sa première interception. 

Quant à sa deuxième, qui a valu sept points aux Saints, il s’agit là d’une passe télégraphiée et sans mordant, geste auquel Brady nous a rarement habitués.

La protection de passe, un élément qui inquiétait dès que Brady a annoncé sa venue à Tampa, a souvent fait défaut. Bref, l’attaque semble encore en mode préparatoire, de manière générale.

Une grosse commande

Cependant, la tâche n’était pas banale face à un club qui aspire depuis maintenant quelques années aux grands honneurs. D’autant plus en considérant le fait que Brady doit se familiariser avec une nouvelle équipe, après une saison morte bouleversée et sans match préparatoire. 

En quelque sorte, c’était un peu comme un spectacle de rodage, mais présenté dans une grande soirée de première. Il faudra voir à quel point il pourra s’acclimater rapidement aux tracés à long développement qui sont souvent préconisés par l’entraîneur-chef Bruce Arians.

Consolation pour les fidèles de Brady, sachez qu’il s’agissait seulement de sa quatrième défaite en carrière lors d’un match d’ouverture de saison. À ses trois précédents revers dans ce contexte, en 2003, 2014 et 2017, il a ensuite rebondi pour atteindre le Super Bowl au terme de la campagne.

Quand on vous dit qu’un match ne fait pas une saison...

Newton : Signes encourageants

À l’inverse, Cam Newton, sans tout casser, a sans doute chassé la nervosité chez les inconditionnels des Patriots, qui étaient en droit de se demander comment sortirait leur équipe sans celui qui était le visage de la franchise depuis deux décennies. La victoire de 21 à 11 face aux Dolphins envoie un message à l’effet que plusieurs ont peut-être enterré les hommes de Bill Belichick trop vite.

Newton, après les deux dernières saisons ponctuées de blessures chez les Panthers, a complété 15 de ses 19 passes pour 155 verges, en plus de courir 15 fois pour 75 verges et deux touchés au sol.

Au-delà des chiffres, il a démontré qu’il n’était plus ennuyé par ses récentes blessures et les Patriots n’hésiteront pas à le déployer à toutes les sauces.

Même si Brady a été le quart-arrière rêvé pour Bill Belichick pendant toutes ces années, l’entraîneur n’a jamais joui de la présence d’un quart-arrière mobile dans son arsenal.

La performance de Newton laisse croire que les Patriots, sans être supérieurs aux Patriots des plus belles années de Brady, seront probablement méconnaissables d’une semaine à l’autre.

Le jeu d’option était clairement au cœur du plan de match, mais la semaine prochaine, c’est peut-être le bras de Newton que les Patriots exploiteront davantage. 

Mais bon, ce n’est que la première semaine. Peut-être qu’après tout, ce dimanche n’aura été qu’un gros mirage. Autant pour les Buccaneers que les Patriots...

GAGNANTS

Rodgers et Adams

Aaron Rodgers s’est offert un pique-nique de 364 verges et quatre passes de touchés. Davante Adams a capté 14 de ses passes pour 156 verges et deux touchés. Ce n’est qu’un match, mais la chimie à l’attaque semble retrouvée.

Mitchell Trubisky

Le quart des Bears a connu un début de match difficile, mais il a guidé les siens vers la victoire grâce à trois passes de touchés au quatrième quart. Il n’est pas devenu un grand joueur du jour au lendemain, mais sa résilience doit être soulignée.

Jamal Adams

Le meilleur joueur des Seahawks a probablement été Russell Wilson, mais le maraudeur Jamal Adams a connu des débuts fracassants dans son nouvel uniforme. L’exilé des Jets semble heureux dans son nouvel environnement avec 12 plaqués, dont deux pour des pertes, et un sac. Il était partout sur le terrain.

Les recrues

Quelques recrues ont bien fait à leurs débuts, dont deux des Ravens. Leur secondeur Patrick Queen a brillé avec huit plaqués et un sac, tandis que le porteur JK Dobbins a inscrit deux touchés au sol. Les riches s’enrichissent!

DeAndre Hopkins

Le receveur étoile, qui est passé cet hiver des Texans aux Cardinals, a eu un impact majeur à son premier match dans son nouvel uniforme avec 14 réceptions pour 151 verges. Les Cards ont causé une belle surprise en renversant les 49ers.

PERDANTS 

Philip Rivers

Le vétéran quart-arrière n’a pas débuté du bon pied avec les Colts, lui qui a lancé deux interceptions, dont une qui a scellé la défaite des siens en fin de quatrième quart. Il n’a plus l’excuse d’être mal protégé.

Les Eagles

D’accord, la ligne offensive était décimée, mais ce n’est pas une excuse pour échapper une avance de 17-0. Carson Wentz a été victime de huit sacs et il a pris quelques mauvaises décisions. Et l’ailier défensif Brandon Graham s’est blessé. Quand ça va mal...

Les Vikings

Les 43 points qu’ils ont concédés aux Packers constituent le plus haut total que l’équipe a donné dans les 102 matchs (incluant les séries) sous la gouverne de Mike Zimmer. Les demis de coin se sont fait atomiser.

Les Browns

Pour l’ensemble de leur œuvre. Inutile d’en dire plus.

Randy Bullock

Le botteur des Bengals a saboté une belle poussée offensive en toute fin de match face aux Chargers en ratant une courte tentative de placement de 31 verges qui aurait permis aux siens de pousser le match en prolongation. De tels ratés chez les botteurs, c’est devenu une épidémie.

5 jeux de la semaine 

FBN-SPO-TAMPA-BAY-BUCCANEERS-V-NEW-ORLEANS-SAINTS
Photo AFP

1. Swift l’échappe

Les Lions ont trouvé une autre manière originale de se tirer dans le pied en échappant une avance de 23-6 au quatrième quart face aux Bears pour finalement s’incliner 27-23. Mais le pire, c’est qu’avec 11 secondes à jouer, à la porte des buts, ils ont laissé filer une chance ultime quand Matthew Stafford a rejoint le porteur recrue D’Andre Swift, qui a échappé le ballon de la victoire. Ça fait tellement Lions!

2. Andrews s’envole

Au fil du temps, les ailiers rapprochés sont devenus des athlètes extraordinaires et Mark Andrews en a fait une démonstration probante. Le joueur des Ravens a capté la première de trois passes de touché de Lamar Jackson face aux Browns en s’envolant littéralement pour saisir le ballon à une main. Andrews compte 11 touchés sur des réceptions depuis 2019, un sommet à travers la NFL parmi tous les receveurs durant cette période.

3. Un gros 4e jeu

Au troisième quart, le duel entre Seahawks et Falcons était toujours disputé âprement quand Russell Wilson a pris les choses en main. Sur un quatrième essai et 5 verges à franchir, les Seahawks ont opté pour la stratégie agressive en attaquant. Le quart-arrière des Seahawks a lobé une superbe bombe vers DK Metcalf, qui a capté la passe pour un touché de 38 verges. Les Seahawks ont ainsi pris les devants 21-12 pour ensuite prendre le contrôle du match.

4. Un premier touché

Tout le monde attendait impatiemment le premier match du quart-arrière Joe Burrow dans la NFL. Le pivot des Bengals et tout premier choix au dernier repêchage n’a pas mis de temps avant d’inscrire son premier touché en carrière, sur une course de 23 verges. Il a connu un premier match correct avec 193 verges de gains, mais il a lancé une interception coûteuse. Il y aura certainement de meilleurs jours et sa poussée en fin de match, même si elle n’a pas abouti, semble prometteuse.

5. Merci, Tom!

L’un des jeux clés dans la victoire convaincante des Saints aux dépens des Buccaneers est survenu quand Tom Brady a lancé une interception horrible dans les mains de Janoris Jenkins, qui a ramené le ballon dans la zone des buts. Un cadeau du ciel! Les Bucs ont bien tenté de revenir dans le coup par la suite, mais n’ont jamais réussi.