/sports/others
Navigation

Karol-Ann Canuel continue à son rythme, bien malgré tout

Karol-Ann Canuel continue à son rythme, bien malgré tout
Photo d'archives Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

(Sportcom) – Malgré ses beaux efforts, la Québécoise Karol-Ann Canuel n’a pu empêcher sa coéquipière Anna Van Der Breggen, de la formation Boels-Dolmans, de perdre du terrain lors de la quatrième étape du Giro Rosa, lundi, entre Assisi et Tivolo. 

La Britannique Elizabeth Banks (Équipe Paule Ka) s’est imposée en solo sur 170 kilomètres, la plus longue étape du tour, après avoir fait faux bond à sa partenaire d’échappée Eugenia Bujak (Alé BTC Ljubljana) dans les derniers kilomètres de l’épreuve.

Dans le peloton, Canuel a épaulé sa leader Van Der Breggen pour ensuite terminer à son rythme dans l’ascension finale.

La meneuse de l’équipe de la Gatinoise s’est classée 12e avec un retard de 1 min 47 s, ce qui la fait glisser du deuxième au troisième rang du classement provisoire. La Néerlandaise accuse désormais un retard de 2:03 sur sa compatriote Annemiek Van Vleuten (Mitchelton-Scott), qui conserve le maillot rose devant Kasia Niewiadoma (Canyon-SRAM, +1:56). Canuel est 42e à 16:24.

«J’ai passé la journée à couvrir des attaques et à aller chercher des bidons pour Anna. Il reste encore cinq autres étapes, alors je ne suis pas trop inquiète», a commenté Canuel, 68e à franchir la ligne d’arrivée avec un retard d’un peu moins de cinq minutes.

La championne canadienne 2019 a souligné que l’état de la chaussée laissait à désirer. Même si elle a comparé les routes italiennes à celles du Québec, cela n’a pas forcément été un avantage pour elle.

«J’ai roulé dans un trou et échappé mon guidon une fois. Il faut vraiment le tenir serré, a-t-elle raconté en riant de sa mésaventure. Je ne suis pas tombée et j’ai pu retrouver mon équilibre.»

Pas à son mieux

Avec encore cinq étapes à faire, Canuel mentionne ne pas encore être au sommet de sa forme, même si cela ne l’a pas empêchée d’effectuer son travail de coéquipière jusqu’à maintenant.

«Ce matin, j’avais les jambes lourdes, mais il faut y aller une journée à la fois et jusqu’à présent, ça va. Je ne suis pas encore au meilleur de ma forme et j’espère y arriver avant la fin.»

Mardi, à la cinquième étape, le peloton s’attaquera à une boucle de 110 km, dont le départ et l’arrivée auront lieu à Terracina. Le col de Madonna della Citiva ponctuera la mi-parcours et la Québécoise croit que la descente de celui-ci pourrait pimenter la course.