/finance/business
Navigation

Manteaux Manteaux se place à l’abri de ses créanciers

Coup d'oeil sur cet article

Une autre enseigne québécoise éprouve des difficultés financières, notamment en raison des impacts de la pandémie. Le détaillant Manteaux Manteaux s’est récemment placé à l’abri de ses créanciers.

• À lire aussi: Le Groupe Dynamite à l’abri de ses créanciers

• À lire aussi: Ernest se place à l'abri de ses créanciers

Selon des documents publics, la compagnie montréalaise, qui compte 33 points de vente au Québec et à Ottawa, a des dettes de 3,7 M$. 

L’entreprise doit notamment d’importantes sommes à plusieurs propriétaires d’immeubles, soit 108 000 $ à Ivanhoé Cambridge, près de 150 000 $ à Oxford Properties, 450 000 $ à Cadillac Fairview et 425 000 $ à Cominar. Elle a aussi une dette de 1,2 M$ envers Les Services de Crédit Accord inc.

Manteaux Manteaux, qui se spécialise dans les vêtements d’extérieur pour femmes, a été fondée en 1997. La compagnie compte près de 300 employés. La direction n’a pas donné suite à la demande d’entrevue du Journal.

Des inconnues

Le syndic responsable du dossier est Arthur Blumer de la firme Litwin Boyadjian. Le détaillant est sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité depuis août. La direction espère présenter son plan de relance aux créanciers, au cours des prochaines semaines.

Joint par Le Journal, M. Blumer a précisé qu’il était trop tôt dans le processus pour connaître les adresses des magasins qui pourraient fermer leurs portes. Il n’a également pas été possible de connaître le nombre de postes qui pourraient être abolis.

« Si tout va bien, on espère déposer une proposition aux créanciers dans les 30 prochains jours », a indiqué M. Blumer.

Longue liste

Au cours des dernières semaines, d’autres détaillants ont entamé une restructuration à travers le Canada. Le Groupe Dynamite avec ses 300 boutiques et 4300 employés s’est placé sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.  

Le détaillant de vêtements pour hommes Ernest, qui compte plus de 350 travailleurs et 37 magasins au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick, s’est également placé à l’abri de ses créanciers. L’entreprise a des dettes de plus de 10 M$.  

Depuis mars, Aldo, Reitmans, SAIL, DavidsTea, Coalision (Lolë), Tristan, les Entreprises Vagabond (Hangar-29 et Studio), Bestsellers (Jack & Jones et Vero Moda) et Modasuite (Frank and Oak) ont aussi annoncé des restructurations.