/news/politics
Navigation

Reconfinement: Québec doit être clair sur la ligne à ne pas franchir, dit Montpetit

Coup d'oeil sur cet article

Pour s’assurer de la collaboration de la population à l’approche d’une deuxième vague de COVID-19, le gouvernement du Québec doit faire preuve de transparence et dire clairement à partir de quel stade il instaurera de nouvelles mesures restrictives, estime l’opposition officielle.

«Il faut qu’ils soient plus clairs sur les scénarios et à partir de combien de cas ils vont procéder. On ne veut pas se retrouver dans un scénario où tout arrive à la dernière minute», a expliqué la porte-parole du Parti libéral du Québec en matière de santé, Marie Montpetit.

Au moment où le nombre de cas de contamination à la COVID-19 repart à la hausse, «il y a des lumières rouges qui flashent partout sur le tableau de bord et on ne sent pas que la CAQ a le contrôle», dit-elle.

Cafouillages et délais d’attente dans les cliniques de dépistage, liste de cas de contamination dans les écoles retirée, unités de soins intensifs débordées: le gouvernement démontre, selon la députée libérale, qu’il a un faible sens de l’anticipation.

Marie Montpetit prend en exemple le système de classification par palier des régions présenté par le ministre de la Santé, Christian Dubé, la semaine passée.

«Ils ont publié ça sans le détail. Alors, qu’est-ce que ça dit aux citoyens?» se questionne-t-elle.

Au moment de présenter ce nouveau système, Christian Dubé avait indiqué que le choix du palier pour chaque région serait revu chaque semaine en fonction de trois critères, soit la situation épidémiologique dans la région, le contrôle de la transmission et la capacité du système de soins.

Il n’est pas clair, toutefois, quelles mesures seront mises en place aux deux derniers paliers (orange et rouge) ni à partir de quel point ils seraient atteints, dit Marie Montpetit.

«Pour que les gens s’engagent, le gouvernement ne peut pas gouverner comme dans un jeu vidéo et dire: "tu vas apprendre ce qui va se passer au prochain tableau, quand on va être rendu là"», martèle l’élue libérale.