/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Nos experts répondent à vos questions

FILES-US-HEALTH-VIRUS-TREATMENT-ANTIBODY
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les directives récemment transmises par la Santé publique suscitent de nombreuses questions en cette période de rentrée scolaire. Voici les réponses d’experts qui vous permettront d’y voir plus clair. 

J’ai été en contact avec quelqu’un qui a été déclaré positif à la COVID. Mon test est négatif, mais on me dit de rester isolé 14 jours. Pourquoi?

«Vous devez rester isolé pour respecter le temps d’incubation du virus, qui peut prendre jusqu’à 14 jours avant de se développer. C’est justement pour cette raison qu’il ne faut pas se faire tester trop vite. Une personne positive qui ne présente pas de symptômes pourrait briser son isolement trop vite et propager le virus.» – Dr Karl Weiss, microbiologiste et spécialiste en maladies infectieuses à l’Hôpital général juif de Montréal.

Quels sont les symptômes qui permettent à une école ou à une garderie de renvoyer un enfant à la maison? Les critères sont-ils les mêmes pour tous les établissements?

«Les critères, c’est d’avoir deux symptômes parmi la toux, la fièvre, la perte d’odorat, la congestion nasale, l’écoulement nasal, la haute température, les courbatures, le mal de tête ou la grande fatigue. Est-ce que c’est les mêmes consignes à la grandeur du Québec? Pas nécessairement, puisqu’il y a toujours matière à interprétation. Rien n’est complètement blanc ou complètement noir à ce niveau.» – Dr Pierre-Claude Poulin, pédiatre au Centre hospitalier Beauce-Etchemin.

Plusieurs parents ont retiré leur enfant de l’école parce qu’il «morvait». Si mon enfant «morve» seulement, doit-il être retiré de sa classe et être testé?

«S’il y a juste de l’écoulement nasal, la réponse est non. Il faut au moins deux symptômes [pour un retrait préventif].» – Dr Pierre-Claude Poulin, pédiatre au Centre hospitalier Beauce-Etchemin.

J’ai des symptômes de la COVID, je suis allé me faire tester, mais je n’ai pas encore reçu mon résultat de test. Dois-je retirer mes enfants de l’école ou de la garderie? Ma conjointe doit-elle aussi s’isoler et se faire tester?

«Si vous avez des symptômes et que vous attendez le résultat de votre test, vous devez vous isoler. Les proches de quelqu’un qui n’est pas encore positif sont en zone grise, mais c’est préférable qu’ils s’isolent aussi. Votre conjointe devrait se faire tester aussi et il vaudrait mieux de retirer les enfants de l’école et de la garderie.» – Dre Cécile Tremblay, infectiologue au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

Si mon enfant présente des symptômes et qu’on le retire de l’école, dois-je aussi m’isoler et me faire tester? Qu’en est-il des autres membres de ma famille?

«Toute la famille devrait se faire tester et rester isolée en attendant les résultats des tests épidémiologiques. Dès que les résultats du test sont négatifs, les membres de la famille peuvent cesser leur isolement à moins que l’un d’eux ait été en contact avec une personne testée positive. Dans ce cas, c’est 14 jours d’isolement.» – Dr Pierre-Claude Poulin, pédiatre au Centre Hospitalier Beauce-Etchemin.

Je dois rester à la maison, car mon enfant est retiré de l’école ou parce que sa classe est placée en isolement préventif. Qui paiera pour les jours de travail manqués par le parent?

«En août dernier, le gouvernement a annoncé une nouvelle prestation d'aide pour les parents qui doivent s'occuper de leurs enfants parce que l'école a demandé l'isolement préventif ou qu'elle a fermé à cause d'une éclosion de cas de COVID-19. Elle entrerait en vigueur le 27 septembre prochain. À noter que cette prestation n'est pas encore votée. Lorsqu'elle s'appliquera, les Canadiens, salariés ou travailleurs autonomes, qui y auraient droit pourront toucher 500$ par semaine pour un maximum de 26 semaines.» – Luc Godbout, titulaire de la chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques à l’Université de Sherbrooke.

La classe de mon enfant est placée en isolement préventif. Ses frères et sœurs qui sont dans d’autres classes ou à la garderie doivent-ils aussi rester à la maison?

«Il n’est pas nécessaire de se mettre en isolement lorsqu'on a eu un contact de deuxième degré, c'est-à-dire un contact avec un individu qui a côtoyé une personne positive à la COVID-19. Les frères et sœurs de votre enfant ou les autres membres de sa famille ne doivent pas s’isoler non plus. Si un membre de la famille développe le virus par contre, toute la famille doit se placer en isolement préventif.» – Dr Pierre Claude Poulin, pédiatre au Centre hospitalier Beauce-Etchemin.

On dit à ceux qui ont eu un contact significatif avec quelqu’un qui a contracté le virus d’aller se faire tester aussi. Qu’est-ce qu’un contact significatif?

«Un contact significatif s'applique si vous avez côtoyé une personne positive et que l’un de vous ne portait pas de masque. Le risque dépend aussi de si vous respectez la distanciation physique en plus de porter le masque. Il s'applique aussi si vous avez été en contact avec une personne positive dans un lieu clos. Finalement, si quelqu’un de votre maisonnée a eu un contact significatif, on considère que vous avez vous aussi eu un contact significatif avec une personne positive.» – Dr Karl Weiss, microbiologiste et spécialiste en maladies infectieuses à l’Hôpital général juif de Montréal.

Quand doit-on s’isoler de façon préventive?

«Dès qu’on a un doute ou des symptômes de COVID-19, on doit s’isoler et se faire tester. Si vous avez côtoyé une personne positive ou un endroit où il y a eu une éclosion du virus, la Santé publique va définir si vous avez été en contact avec le virus ou pas. À ce moment-là, elle va vous prévenir pour que vous soyez en isolement obligatoire de 14 jours. Si vous êtes au courant que vous avez été en contact avec une personne qui a développé la COVID-19, il vaut toujours mieux s’isoler et passer un test.» – Dre Cécile Tremblay, infectiologue au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.