/news/currentevents
Navigation

Accélération fatale pour un signaleur

La conductrice n’aurait pas ralenti après l’avoir heurté

Granby procès Raymond Cormier
Photo Roxane Trudel Raymond Cormier travaillait sur le chantier au moment où il a vu la voiture de Catherine Geoffroy heurter son collègue Michel Carmel. Il a témoigné, mardi, à Granby.

Coup d'oeil sur cet article

GRANBY | La jeune automobiliste qui aurait renversé à deux reprises un signaleur de chantier avant de prendre la fuite n’aurait pas ralenti après l’impact fatal, a relaté mardi au tribunal un témoin de la scène.

• À lire aussi: Accusée d’avoir happé mortellement un signaleur

« Michel Carmel s’est mis devant pour ne pas qu’elle s’en aille. Elle a pesé sur le gaz, s’est rappelé mardi Raymond Cormier, qui travaillait sur le chantier. Elle est partie à pleine [vitesse]. »

Le technicien en génie civil retraité a été entendu dans le cadre du procès devant jury de Catherine Geoffroy, au palais de justice de Granby.

La femme de 33 ans doit répondre à des accusations de voies de fait armées, d’homicide involontaire et de délit de fuite ayant causé la mort.

Catherine Geoffroy, Accusée
Photo Pierre-Paul Poulin
Catherine Geoffroy, Accusée

Le 7 novembre 2017, une signaleuse de chantier aurait fait signe à la jeune automobiliste de terminer son appel téléphonique sur le côté de la voie avant d’accéder à une zone de travaux sur la route 220, à la hauteur de la rue de l’Église, à Bonsecours, en Estrie.  

L’employée craignait que la conversation n’affecte sa concentration au volant.

« Elle me fait un signe de tête du genre : “Ben oui, je suis au téléphone !” Moi ça me dérange, il y a un danger [...] Tu ne rentres pas sur un chantier au téléphone ! », a martelé aux cinq femmes et neuf hommes du jury la signaleuse Jane Hannaburg, émotive en repensant aux évènements.

Or, en voyant que la dame laissait passer les automobilistes derrière elle, l’accusée aurait appuyé sur le champignon, heurtant Mme Hannaburg et son superviseur, Michel Carmel, au passage.

Accroché aux essuie-glaces

« Quand j’ai vu qu’elle n’arrêtait pas, je me suis mise à lui crier d’arrêter », a raconté la témoin, en soulignant que son collègue se trouvait alors sur le capot du véhicule, s’accrochant aux essuie-glaces pour ne pas tomber sur la chaussée.

Sous le choc et en colère, la signaleuse lui aurait ensuite dit froidement de faire un virage en « U » pour aller se stationner à une caisse à proximité, en attendant l’arrivée de la police.

Au lieu de s’y diriger, Catherine Geoffroy aurait plutôt accéléré, happant de plein fouet pour une seconde fois M. Carmel, qui s’était planté au milieu de la voie pour l’empêcher de passer.

Projeté sur le capot, le signaleur aurait chuté au sol, entraînant une importante blessure à la tête.

S’il croyait initialement qu’il allait s’en tirer, l’homme de 60 ans a malheureusement succombé à ses blessures.


Le procès présidé par le juge Claude Villeneuve se poursuit mercredi.