/sports/golf
Navigation

Christophe Sylvain enfile le veston du Duc de Kent

L’athlète de 30 ans a remporté le tournoi le plus prestigieux chez les amateurs

Christophe Sylvain, le joueur de Lorette a été intraitable dans la victoire remportant deux trophées malgré les conditions difficiles.
Photo Stevens Leblanc Christophe Sylvain, le joueur de Lorette a été intraitable dans la victoire remportant deux trophées malgré les conditions difficiles.

Coup d'oeil sur cet article

Le joueur de Lorette a été intraitable dans la victoire, remportant deux trophées malgré les conditions difficiles.

Spécial. C’est le meilleur qualificatif pour décrire cette 86e édition du prestigieux tournoi amateur du Duc de Kent, disputé lundi sur les allées du Royal Québec.

En remettant sa carte de 69 (-3) à la mi-journée, Christophe Sylvain a enfilé le veston à carreaux distinctif au champion du duc de Kent en soulevant les deux trophées qu’il pouvait peut-être remporter. À condition que son score résiste aux jeunes loups s’élançant en après-midi.

Pandémie de COVID-19 oblige, il a ensuite rapidement quitté le club de Boischatel. Organisant le tournoi créé en 1935, Golf Québec doit respecter son protocole sanitaire précis. Pas question de cérémonie célébrant le champion et d’attroupements autour du pavillon. L’essentiel d’une éventuelle victoire était réalisé au moment de signer les cartes de pointage.

LE CHAMPION... À RIMOUSKI

Mais celui de Sylvain a tenu le coup au fil de la journée. Aucun des quelque 120 golfeurs inscrits n’a par la suite renfilé le veston. Du même coup, il a mérité le trophée André Gagné, remis au meilleur golfeur de la région de Québec. Il a ainsi répété son exploit de 2017, alors qu’il avait inscrit son nom sur ce trophée en terminant au cinquième échelon.

Quand le dernier groupe est rentré au pavillon pour enregistrer les pointages finaux, le champion âgé de 30 ans était sur la route en direction de Carleton, en Gaspésie.

«Je suis à la hauteur de Rimouski. On vient de m’informer que j’ai gagné, a lâché le golfeur de Lorette avec fierté lorsque contacté par Le Journal. J’ai suivi l’action du tournoi à distance. Mes amis me tenaient informé des scores et des faits saillants. C’est comme si j’étais là.»

«Remporter le Duc, c’est prestigieux, a-t-il enchaîné. C’est dommage que cette édition soit disputée sur une seule ronde, mais c’est représentatif. Rien n’équivaut à ce tournoi chez les amateurs», a témoigné celui qui allait fêter ce moment avec une bouteille de vin en compagnie de son amoureuse.

CONDITIONS DIFFICILES

En effet, une victoire est une victoire. On ne peut argumenter, peu importe les conditions.

Cette édition d’une seule ronde sera toutefois marquée d’un astérisque. Un marathon de 36 trous sous pression est fort différent d’un sprint de 18 trous.

Même le vainqueur l’a précisé. «Ça prend une ronde magique. Il faut par contre la faire», s’est-il exclamé.

Justement, Sylvain a résisté aux conditions difficiles en matinée. Le vent soutenu et les bourrasques ont compliqué le jeu. Face aux éléments, il a modifié sa stratégie. Plutôt que d’attaquer les fanions, il s’est montré patient en attendant ses chances et en évitant les gaffes coûteuses.

Une stratégie payante puisqu’il a pimenté sa carte de six oiselets et trois bogueys. Selon lui, son «moineau», grâce à un long roulé de 35 pieds sur le vert de la normale 3 du 10e fanion, a été le fait saillant de sa ronde.

Il a enregistré l’un des cinq pointages sous la normale. Le champion en titre, Émile Ménard, n’a pu faire opérer sa magie, comme bon nombre de jeunes golfeurs qui lorgnaient le trophée.

RÈGLES STRICTES

Golf Québec a poursuivi ses efforts dans sa lutte à la prévention de la COVID-19. L’organisme a établi des règles sanitaires strictes dans ses compétitions. Ainsi, les golfeurs ont dû respecter la distanciation sociale en tout temps. De plus, ils ont dû limiter leur échauffement à moins de 45 minutes.

Une fois le score remis, les cartes étaient aussitôt jetées aux poubelles. Le directeur général de Golf Québec, Jean-Pierre Beaulieu, s’est dit heureux d’avoir organisé le tournoi cette année, bien que le déroulement ait changé afin de respecter les règles sanitaires.