/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Josélito va-t-il manquer le train?

Coup d'oeil sur cet article

J’ai regardé Joselito au cœur du monde, samedi soir. Est-ce moi qui manque le train ou est-ce lui ? Je me pose encore la question, aujourd’hui. 

L’émission est sympathique, mais on a du mal à s’y accrocher. Est-ce parce qu’il faut suivre trois histoires qui ne s’enchevêtrent pas naturellement les unes aux autres ? Les a-t-on mal présentées ? Est-ce parce que les illustrations sont trop prévisibles ? Je ne dis rien de la musique qui est plutôt insignifiante. Elle ne supporte guère des propos parfois superficiels ou sans surprise en regard du drame qui est évoqué. Peut-être la série est-elle seulement mal positionnée à l’horaire ? Cela pourrait être résolu facilement.

Ce n’est pas facile d’être sévère à l’égard d’une émission de Joselito Michaud. L’homme est amical et plaisant, il ne parle jamais en mal de ses collègues et il n’a pas la grosse tête. C’est évident que le sens de la vie – et de sa propre vie – le préoccupe vraiment.

Il avait eu une idée géniale en faisant dans l’Orford Express des entrevues très personnelles, la plupart avec des célébrités, mais un bon nombre avec des gens qui nous étaient étrangers. On prend toujours un train pour la vie fut un succès instantané et sans doute inattendu. Le train, qui traverse des paysages changeants et silencieux, devient pour les voyageurs une espèce de cocon propice aux confidences, un état que Michaud exploitait avec mesure.

LE CRÉNEAU HORAIRE

Sa voix douce et empathique, sa mine sereine, sa coiffure démodée et sa gestuelle discrète s’accordaient à merveille au train-train monotone et rassurant de l’Orford Express. La durée de la série a sans doute surpris le diffuseur autant que Joselito lui-même. Il y aurait mis fin parce qu’il était assailli à longueur de semaine par des centaines de quidams désireux de se raconter en ondes. C’est du moins la révélation qu’il a faite à une journaliste de Showbiz Net.

Si Joselito au cœur du monde n’était simplement pas dans un créneau horaire adéquat ? Tout de suite après En direct de l’univers, une émission qui se délecte des larmes de ses invités et où les bons sentiments coulent à torrents, mais dans un tout autre registre, l’émission de Joselito détonne et paraît bien grise. Sûrement trop terne pour un samedi soir.

Il serait dommage que pour si peu de fautes à corriger la nouvelle série rate le train. Si ce n’avait été de la pandémie, Joselito au cœur du monde aurait été diffusée l’été dernier. Une aussi mauvaise idée que le samedi soir après France Beaudoin !  

UN COUPLE PRESQUE PARFAIT

Je ne connaissais pas bien Aline et Jean Chrétien, mais je les ai rencontrés plusieurs fois au cours des années. Assez souvent pour savoir que ce couple presque parfait devait une bonne partie de sa perfection et de son équilibre à Madame Aline, une femme simple, calme et de très bon jugement. 

Elle avait compris d’instinct la place qu’elle devait occuper dans la vie publique de son mari, un batailleur impénitent à la mémoire longue, un politicien comme il ne s’en fait plus. Toutes proportions gardées et compte tenu de la stature des deux hommes, Aline Chrétien m’a toujours semblé être pour son mari ce qu’Yvonne avait été pour le général de Gaulle. Ce n’est pas un mince compliment.