/world/pacificasia
Navigation

La consommation repart dans la Chine post-COVID

Coup d'oeil sur cet article

Une première cette année depuis le début de l’épidémie: la consommation en Chine s’est affichée en hausse en août sur un an, confirmant un retour progressif à la normale dans la seconde économie mondiale.

La Chine, où la COVID-19 a été repérée en décembre avant de se propager dans le reste du monde, est le premier pays à avoir relancé ses activités et il apparaît à ce titre comme un baromètre.

En août, les ventes de détail ont augmenté de 0,5% sur un an, a annoncé mardi le Bureau national des statistiques (BNS).

Cet indicateur clé de la consommation avait plongé en début d’année au plus fort de l’épidémie (-20,5% sur un an en janvier et février). Et il s’était depuis toujours affiché en repli, bien que plus modérément, ces derniers mois (-1,1% en juillet).

Les consommateurs hésitaient toujours à reprendre une vie normale, malgré une nette amélioration dans le pays sur le front de l’épidémie.

La Chine n’a fait état mardi que de huit nouveaux cas de COVID-19 sur son sol.

«Le regain de confiance des consommateurs laisse penser que la reprise de l’activité dans le secteur des services va se poursuivre», estime l’analyste Julian Evans-Pritchard du cabinet Capital Economics.

Certains secteurs restent cependant à la peine comme l’hôtellerie, la restauration et les loisirs avec un taux d’activité de 57%, selon le BNS, qui y voit toutefois «un signe manifeste de reprise».

Pour encourager la consommation et soutenir l’emploi, de nombreuses provinces ou communes ont lancé ces derniers mois des opérations commerciales à coups de bons d’achat ou de réduction.

Pékin a également redoublé d’efforts pour encourager ses exportateurs à cibler plutôt le vaste marché intérieur de la Chine, alors que ses principaux partenaires commerciaux en Europe et aux États-Unis restent très affectés par la pandémie.

Mais la demande en biens de consommation reste en repli par rapport à l’an dernier sur les huit premiers mois de l’année cumulés (-8,6%).

«La reprise économique de la Chine est maintenant sur des bases raisonnablement solides», relève l’analyste Louis Kuijs, du cabinet Oxford Economics.