/sports/soccer/impact
Navigation

Le même style offensif

Montréal vise un billet pour la finale du Championnat canadien

SOCCER-USA/
Photo USA TODAY Sports Zachary Brault-Guillard et Ali Adnan, des Whitecaps, luttaient pour la possession du ballon, dimanche, à Vancouver.

Coup d'oeil sur cet article

En l’emportant 4 à 2 contre ces mêmes Whitecaps dimanche soir, le Bleu-blanc-noir s’est placé en bonne position et a repris le contrôle de sa destinée.

Il ne faut toutefois pas s’attendre à ce que Thierry Henry demande à ses hommes de jouer un match très conservateur sur le plan défensif. Il aime que son équipe se projette vers l’avant et il n’entend pas la brider.

« Qu’on joue pour une place en finale d’un championnat ou dans un match de la MLS, ça ne change rien, on doit avoir la même approche qui est d’aller chercher les trois points, a dit l’entraîneur de l’Impact.

« Jouer vers l’avant ou pas, gagner 1 à 0 ou 4 à 2, ça ne change pas grand-chose, on joue pour gagner. Donc rien ne changera de notre côté. »

Outre une place en finale du Championnat canadien, une victoire ce soir permettrait à l’Impact de rejoindre Orlando en quatrième place de l’Association de l’Est de la MLS.

Divertissant

Même son de cloche du côté de Jukka Raitala, qui insiste sur l’importance de conserver son identité tout en s’ajustant aux situations.

« Je crois que de la façon qu’on joue, nous voulons aller vers l’avant, marquer des buts et offrir un soccer divertissant.

« Évidemment, si on mène en fin de match, on veut jouer intelligemment, mais on ne vise pas une victoire par 1 à 0. On veut marquer le plus de buts possible. »

Et cette rencontre a ceci de particulier qu’elle compte autant pour le Championnat canadien que pour la MLS, ce qui change un peu la donne.

« Ce n’est pas évident de séparer les deux, mais nous avons aussi besoin des points pour la MLS. Si nous sommes à égalité dans ce match, nous aurons besoin de buts afin de l’emporter pour atteindre la finale canadienne, alors que si ce n’était qu’un match de MLS, on gérerait peut-être autrement. »

Sans Maciel

Quand il s’agit d’une seconde partie en trois jours, on s’attend généralement à voir des changements, mais est-ce que Henry a l’intention de modifier une formation qui a offert une solide prestation dimanche soir ?

Il va minimalement devoir remplacer le milieu de terrain Emanuel Maciel, qui est suspendu pour avoir reçu un carton rouge dans la rencontre précédente.

« Manu est en train de devenir un joueur important pour nous, a reconnu l’entraîneur-chef. Mais à la maison contre Toronto, on n’avait pas Sam [Piette] ni Saph [Taïder] et il a fallu s’ajuster. »

Le défenseur Zachary Brault-Guillard a résumé l’importance qu’a rapidement prise l’Argentin au sein de l’effectif montréalais par ses qualités qui sont évidentes.

« Il [Maciel] a sa qualité technique, sa vision du jeu et il est très porté vers l’avant. Sur les matchs précédents, il nous met de très bons ballons parce qu’il a une belle qualité de passe.

« Mais il y a de très bons joueurs en milieu de terrain comme Shamit [Shome] et Amar [Sejdic]. C’est dommage qu’il ne soit pas là, mais on doit faire avec. » 

Se venger

Les Whitecaps risquent d’avoir leur défaite de dimanche sur le cœur et de vouloir se venger en tentant de priver l’Impact d’une participation à la finale.

Et Henry sait que cette rencontre ne sera pas de tout repos.

« Ce n’est jamais facile de battre une équipe deux fois quand on joue deux fois d’affilée.

« Il y aura de la fatigue, ils seront sûrement revanchards parce qu’on les a battus chez eux et ils voudront bien terminer cette phase à domicile.

« Il ne faudra pas tomber un peu comme on l’a fait quand on est tombés à 10 joueurs », a ajouté Brault-Guillard.

Jouer les trouble-fêtes

Les Whitecaps ont bien l’intention de prendre leur revanche contre l’Impact et de lui mettre des bâtons dans les roues.

« On veut jouer les trouble-fêtes et récolter les trois points à la maison », a insisté le défenseur Jake Nerwinski.

La rencontre de dimanche a été passablement tendue et robuste et si on se fie à Nerwinski, on retrouvera le même esprit ce soir.

« C’est aussi un match de Championnat canadien, alors il y a un élément de rivalité. On ne veut pas leur laisser une chance d’amasser des points. »

Sans Cavallini

Les Whitecaps vont devoir jouer sans leur attaquant de pointe Lucas Cavallini, qui a été expulsé du dernier match en raison d’un second carton jaune.

D’ailleurs, son départ s’est fait dans le tumulte puisqu’il s’est chamaillé avec Luis Binks. On espère maintenant qu’il ne sera pas suspendu trop longtemps.

« On attend une réponse de la ligue sur le nombre de matchs de suspension. J’espère que ça ne sera qu’un seul match », a indiqué l’entraîneur Marc Dos Santo, qui a des options pour le remplacer.

Cavallini s’est aussi excusé publiquement, mardi, ce qui n’est pas peu dire.

Toujours la fumée

Les feux de forêt qui ravagent l’Ouest américain ont des répercussions jusqu’à Vancouver où la qualité de l’air est mauvaise. Dimanche, il y avait de la fumée dans le stade.

« Tout le monde est affecté par la qualité de l’air en ce moment. Montréal a aussi été obligé de jouer dans ces conditions », a noté Nerwinski.

Le capitaine de l’Impact, Jukka Raitala, estime que la situation n’est pas trop problématique.

« Il y a un toit et ça donne l’impression de jouer à l’intérieur. C’est plus quand on se retrouve à l’extérieur qu’on ressent les effets de la fumée. »