/news/politics
Navigation

Hélicoptère de la SQ : Legault défend le choix d’un appareil allemand plutôt que québécois

Hélicoptère Bell 206 de la SQ
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre du Québec François Legault dit avoir été « choqué » de l’achat pour la Sureté du Québec d’un hélicoptère assemblé en Europe plutôt qu’au Québec, mais a défendu la décision de son gouvernement par l’urgence de la situation. 

• À lire aussi: Québec achète un hélico allemand plutôt qu’un appareil construit ici

« Il y avait un hélicoptère usagé qui existait à 13 millions $, donc presque la moitié qui était demandée [pour un appareil assemblé à l’usine de Mirabel de l’entreprise Bell Textron] et qui était disponible maintenant, donc je pense que ça explique tout », a déclaré le premier ministre lors de la période de questions à l’Assemblée nationale, mercredi.  

  • Écoutez l'analyse d'Antoine Robitaille et de Caroline St-Hilaire sur QUB Radio:   

Le Journal de Montréal a révélé mercredi que son gouvernement a préféré un appareil allemand usagé pour remplacer celui de la Sureté du Québec (SQ) qui s’est abimé dans le Lac-Saint-Jean en janvier dernier alors qu’il participait aux recherches visant à retrouver des motoneigistes disparus.

En matinée, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a affirmé qu’il aurait « préféré » que le ministère des Transports choisisse un appareil « local ». « [Mais] On a trois hélicos à ma connaissance aux services gouvernementaux, on ne peut pas se permettre de ne pas avoir un troisième », a-t-il ajouté.

« Je pense que les circonstances étaient atténuantes, je pense qu’il s’agit d’une situation exceptionnelle et j’ai essayé de rassurer les gens de Bell, qu’on aime leur produit et que dans un contexte d’appel d’offres, comme dans le passé, on a toujours acheté des [appareils] Bell », a-t-il indiqué.

Le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, a toutefois remis en question le fait que l’achat de l’hélicoptère allemand usager se soit fait sans appel d’offres, au coût de 13 millions $.

« Ce n'est pas normal, ce n'est pas les processus qu'on s'est donnés, ça ne répond pas à nos standards éthiques, je m'insurge », a-t-il déclaré.