/news/currentevents
Navigation

Un conducteur fou happe 9 personnes

Le véhicule a roulé sur le trottoir à Montréal-Nord

Coup d'oeil sur cet article

Neuf personnes, dont deux enfants, ont été happées par un véhicule mercredi après-midi dans le secteur de Montréal-Nord.

Vers 12 h 45, le conducteur de 38 ans aurait d’abord heurté un piéton, à l’angle de la rue de Dijon et du boulevard Langelier.

Des policières enquêtaient mercredi pour comprendre ce qui s’était passé.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Des policières enquêtaient mercredi pour comprendre ce qui s’était passé.

« Il aurait ensuite quitté les lieux précipitamment », a indiqué l’agent Manuel Couture, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

  • ÉCOUTEZ Mario Dumont et Vincent Dessureault à QUB radio:  

Puis, quelques mètres plus loin, alors qu’il circulait toujours sur la rue de Dijon, le conducteur aurait heurté un groupe de six adultes et deux enfants qui se trouvaient sur le trottoir.

« Le conducteur a foncé sur des gens qui attendaient en file dehors pour acheter des affaires à la Saint-Vincent-de-Paul. Il y avait un bébé dans une chaise d’auto au milieu de la rue », a raconté au Journal la propriétaire du dépanneur Normandie Dijon, Silvana Giannone, témoin de l’accident. 

Une toilette heurtée par le conducteur lors de son passage sur le trottoir.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Une toilette heurtée par le conducteur lors de son passage sur le trottoir.

Les collisions auraient cependant eu lieu à basse vitesse. Tous les blessés ont été transportés à l’hôpital, certains pour traiter des blessures importantes et d’autres pour soigner des lésions mineures.

« Un monsieur qui a failli se faire écraser par la voiture est venu m’acheter une bière parce qu’il était en état de choc », a ajouté Mme Giannone.

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Santé mentale

« Le conducteur était assez confus lors de son arrestation, a précisé l’agent Couture. Il a été envoyé en centre hospitalier pour une évaluation en santé mentale. »

L’homme sera rencontré par les enquêteurs pour donner sa version des faits, mais le SPVM ne penche pas pour un acte planifié.

Il n’est toutefois pas exclu qu’il doive faire face à la justice pour ses actes.