/sports/hockey
Navigation

Un nouveau départ pour Hugo Audette

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Hugo Audette, Attaquant

Coup d'oeil sur cet article

L’attaquant recrue des Remparts, Hugo Audette, ne se contente pas de demi-mesures. Employé au centre tout au long de son parcours au hockey mineur, Audette apprivoise le poste d’ailier depuis l’ouverture du camp d’entraînement, un changement qui impose certains ajustements.

Même si sa place dans l’édition 2020-2021 des Remparts a été confirmée après avoir disputé 10 matchs la saison dernière à titre d’affilié, l’ancien capitaine des Grenadiers de Châteauguay entend mettre les bouchées doubles d’ici le début du calendrier régulier.

« Ce n’est pas le début que j’espérais, je sais que je peux faire mieux. C’est une adaptation pour moi. Habituellement, je suis un joueur de centre, et là, je suis à l’aile, et je dois m’habituer à cette position. C’est un apprentissage », a expliqué le patineur de 17 ans qui a été un choix de quatrième ronde en 2019.

Jeu physique

À 5 pi 8 po, Audette se distingue surtout sur la glace pour sa vitesse et ses habiletés. Il devra maintenant se servir de son corps plus souvent pour surprendre ses adversaires.

« Comme ailier, je dois être prêt le long des bandes. J’ai un petit gabarit et les défenseurs sont plus gros, donc le jeu est plus physique qu’au centre où j’ai plus d’espace pour moi. Il faut que je m’habitue à ça. Je dois être plus impliqué et appliquer ma confiance », a-t-il signalé. 

Cette confiance, il l’a forgée l’an passé à sa deuxième saison dans les rangs midget AAA où il a amassé 17 buts et 49 points en 36 rencontres. Leader dans l’âme, il se fait toutefois plus discret jusqu’ici dans le vestiaire de sa nouvelle équipe. 

« Mes deux années midget ont bien été, surtout ma deuxième année où j’ai pris beaucoup de confiance. Je dois apporter cette confiance ici et ça va m’aider. Je peux avouer que je suis un peu timide et je fais mes choses. J’essaie de ne pas trop m’impliquer, car je sais que c’est ma première année, mais quand j’aurai 18-19 ans, j’apporterai plus mon leadership », a-t-il assuré.

Pour Patrick Roy, convaincu du potentiel du jeune attaquant, il ne fait pas de doute que celui-ci aura un rôle important à jouer dans le futur de l’équipe. 

« [... Le fait d’avoir été capitaine va sûrement l’aider au niveau du leadership, des responsabilités et de la maturité [...] », a exposé le coach québécois.