/sports/soccer/impact
Navigation

Il faut passer à autre chose

L’Impact doit oublier la défaite de mercredi contre Vancouver et se tourner vers la prochaine semaine d’action

SOCCER-USA/
Photo USA TODAY Sports Luis Binks a tout tenté pour empêcher Fredy Montero, des Whitecaps, de prendre possession du ballon mercredi soir à Vancouver

Coup d'oeil sur cet article

L’Impact avait sa destinée entre ses mains à Vancouver mercredi soir et a essuyé un revers qui le prive d’une participation à la finale du Championnat canadien.

Il serait facile de pointer Rudy Camacho du doigt puisque son carton rouge stupide est le point de départ de la débâcle. Son coup de poing à Fredy Montero a forcé l’équipe à jouer le reste du match à dix joueurs et a donné un tir de pénalité au Whitecaps qui a lancé une séquence de deux buts en trois minutes.

« Le rouge a été une double sanction puisqu’on a perdu un joueur en plus de se retrouver à 1 à 0 en raison du pénalty », a d’ailleurs mentionné Thierry Henry après la rencontre. Tout le monde aura certes besoin de digérer les événements, comme l’a souligné Samuel Piette.

« Je pense qu’il faut décanter la situation un peu avant, mais au final, l’erreur est faite et on ne peut rien y faire.

« Je suis sûr que Rudy est conscient de ce qu’il a fait et à quel point ç’a fait mal à l’équipe. Il va falloir passer à autre chose même si ça fait mal. »

Tout au long de la rencontre sur les réseaux sociaux,les partisans ont pesté sur Camacho, qui est vite devenu le bouc émissaire de ce revers, et on peut comprendre.

Apprécié

On a même demandé à ce qu’il ne reporte plus jamais le maillot de l’équipe. Il faut dire que les partisans sont échaudés puisque le Français avait commis deux erreurs dans les deux matchs précédents qui avaient aussi entraîné deux buts.

Mais Camacho a des qualités défensives et c’est un joueur qui semble populaire auprès de ses coéquipiers.

« Rudy c’est un très bon jack, tout le monde l’aime dans le groupe, assure Piette. Je pense que sur cette action-là, c’est juste un moment où deux fusibles se touchent et il perd son sang-froid.

« Je suis surpris, mais ça aurait pu arriver à quelqu’un d’autre. Peut-être qu’en regardant la reprise, je vais comprendre parce que je n’ai pas vu le jeu sur le coup. » 

Se ressaisir

L’équipe devra vite avaler sa déception et passer au match suivant puisqu’après une brève escale à Montréal, elle se rendra aux États-Unis pour une séquence de trois rencontres en huit jours.

L’Impact affrontera l’Union de Philadelphie, le Revolution de la Nouvelle-Angleterre et les Red Bulls de New York entre ce dimanche et le suivant.

Cette équipe sera certainement fatiguée avec tous les déplacements et les trois matchs qui se sont enchaînés au cours de la dernière semaine.

Et Saphir Taïder, qui n’adore pas l’idée de devoir s’exiler au sud de la frontière en laissant sa conjointe et leurs quatre enfants à la maison, a assuré qu’il y serait.

« Je partirai avec le groupe. Pour l’instant, c’est une semaine à New York. La suite, on ne la connaît pas. J’ai envie, j’ai besoin de jouer et j’ai envie de contribuer des choses au club.

« Le facteur famille c’est important pour moi, c’est mon équilibre. Je suis depuis longtemps avec ma femme et mes enfants qui me donnent de l’équilibre. » 

Progression

Malgré tout, on note une progression intéressante dans le jeu de l’équipe et les joueurs le voient aussi.

« En tant qu’équipe, on commence à savoir comment on veut jouer et on commence à assimiler le schéma tactique de Thierry », a soutenu Samuel Piette.

Celui-ci et Saphir Taïder sont aussi en train d’apprivoiser une nouvelle position qui semble bien leur convenir.

« Je ne suis pas un milieu offensif d’origine, je suis plus un milieu relayeur ou défensif, précise Taïder. Mais petit à petit, tout le monde trouve ses repères. J’ai du plaisir parce qu’en jouant un rôle plus offensif, j’arrive à me trouver dans la surface. »

Plaisir

Et la notion de plaisir est importante puisqu’elle semble découler de la façon de travailler qu’a instaurée Thierry Henry dans son groupe.

« Le coach parle beaucoup avec nous, il nous envoie des vidéos, on peut parler avec lui pendant des heures », souligne Taïder.

Lui aussi croit que la qualité technique de l’équipe est à la hausse depuis quelques rencontres, malgré le manque de constance dans les résultats.

« Depuis que je suis au club, sur les trois ou quatre derniers matchs, on a eu nos meilleures séquences de jeu et de possession.

« Avec cet entraîneur, on a beaucoup de plaisir et c’est ce qu’il faut retenir sur la longue durée parce que c’est ce qu’on recherche, nous, les joueurs. »


Le pilote de l’Impact Thierry Henry donnera une conférence virtuelle dans l’espace Yoop samedi à 14 h. Il est possible de se procurer un accès pour 15 $ à www.yoop.app.