/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Le Nouveau-Brunswick ferme sa frontière avec le Témiscouata

Coup d'oeil sur cet article

Les résidents du Madawaska et de la MRC de Témiscouata ne sont plus autorisés à se déplacer dans ces régions voisines pour des excursions d’une journée. Le Nouveau-Brunswick met en place cette mesure immédiatement.

• À lire aussi: Une «mini bulle» entre le Québec et le Nouveau-Brunswick d’ici le 1er août

«En raison de l’augmentation du nombre de cas confirmés de COVID-19 dans la région du Bas-Saint-Laurent, au Québec, nous devons être prudents et continuer à fournir notre part d’efforts pour garder le Nouveau-Brunswick en sécurité et ralentir la propagation de la COVID-19», a déclaré le premier ministre, Blaine Higgs.

Les résidents de la région peuvent encore traverser la frontière pour des raisons essentielles, comme des rendez-vous médicaux, un emploi approuvé et la garde partagée d’enfants, comme c’est le cas depuis le début de la pandémie. 

Tous les enregistrements déjà approuvés pour des excursions d’une journée en provenance et à destination du Témiscouata ne sont plus valides. À moins d’en être exemptées, les personnes qui se rendent au Témiscouata ou qui en reviennent doivent à nouveau s’auto-isoler pendant 14 jours lorsqu’ils entrent au Nouveau-Brunswick.

«Le cabinet et le comité multipartite du cabinet sur la COVID-19 ont pris cette décision en tenant compte des conseils de la Santé publique, y compris les rapports épidémiologiques, l’augmentation du nombre de cas, et le changement apporté récemment au niveau d’alerte dans la région du Bas-Saint-Laurent, au Québec», a dit M. Higgs.

Ce changement ne touche pas les résidents de la municipalité régionale du comté d’Avignon et de la Première Nation de Listuguj, au Québec, près de Campbellton. 

Les excursions d’une journée sont encore autorisées pour les résidents de ces secteurs, s’ils ont enregistré leur voyage au préalable.

«La Santé publique continuera de surveiller la situation au Québec et de conseiller le gouvernement en ce qui a trait aux mesures frontalières», a affirmé la médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell. 

«Tout le monde doit prendre des précautions pour limiter la propagation du virus et maintenir la province dans la phase jaune du plan de rétablissement en se protégeant et en protégeant les autres.»

Aucun nouveau cas au Nouveau-Brunswick  

La Santé publique du Nouveau-Brunswick n’a signalé aucun nouveau cas de COVID-19 ce jeudi. Il y a 194 cas confirmés dans la province, et 190 personnes sont rétablies. Il y a eu deux décès et il y a deux cas actifs. À ce jour, 68 050 tests de dépistage ont été réalisés.

Prolongation de l’état d’urgence

L’ordonnance obligatoire lancée dans le cadre de l’état d’urgence a été renouvelée, jeudi, en vertu de la Loi sur les mesures d’urgence.

«C’est bien qu’on puisse rester dans notre région, dans la même zone, dans la même couleur. C’est l’impact évidemment, c’est la bulle. C’est dommage parce que, évidemment, il y a des gens qui sont de part et d’autre de la frontière. Je pense en particulier aux familles», a mentionné le maire d’Edmundston, Cyrille Simard.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.