/world/europe
Navigation

Nouvelle loi controversée sur les droits des animaux en Pologne

Coup d'oeil sur cet article

Le Parlement polonais a adopté vendredi une loi sur les droits des animaux qui a provoqué la colère des éleveurs et des producteurs de viande cacher et divisé la coalition de droite au pouvoir. 

Un petit parti membre de la coalition gouvernementale - composé de trois formations - a refusé de voter en faveur de cette loi provoquant l'ire de Jaroslaw Kaczynski, le puissant dirigeant du parti conservateur Droit et Justice (PiS) à l'origine de cette loi.

M. Kaczynski, qui est connu pour son amour pour les chats, a menacé d'exclure de sa coalition ces partenaires voire de convoquer des élections anticipées.

Après des heures de débats qui ont démarré jeudi dans la matinée, avec le soutien de l'opposition libérale, la loi a été adoptée avec 356 voix pour et 75 contre tandis que 18 élus se sont abstenus.

La loi, qui doit obtenir également l'aval du Sénat, interdit l'élevage d'animaux pour leur fourrure - une importante industrie en Pologne - et arrête les exportations de viande halal et cacher.

La Pologne est le troisième plus grand producteur de fourrure après la Chine et le Danemark, selon des ONG. Le pays est également un grand exportateur de viande cacher vers Israël et les communautés juives d'Europe.

«Les standards de la Pologne concernant les animaux ne doivent pas être inférieurs, mais meilleurs que ceux des pays occidentaux», a dit récemment M. Kaczynski.

Le prix Nobel de littérature, la Polonaise Olga Tokarczuk a elle aussi appelé à l'adoption de cette loi.

Selon Otwarte Klatki, un groupe polonais pour les droits des animaux, il y a environ 550 élevages en Pologne qui exploitent quelque 5,2 millions d'animaux pour leur fourrure.

Cette loi est très critiquée au sein de ces éleveurs dont les affaires s'élèvent à environ 1,6 milliard d'euros.

L'Association polonaise des producteurs de viande a elle aussi déploré l'impact négatif que cette loi aura, selon eux, sur cette industrie.

Des fermiers ont manifesté mercredi devant le siège du principal parti au pouvoir (PiS) scandant «Kaczynski, a trahi la campagne».