/investigations
Navigation

Plusieurs autres courtiers ont eu accès aux données

Plusieurs autres courtiers ont eu accès aux données
Capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

Les courtiers de Québec qui ont manipulé les données sur les clients de Desjardins sont encore plus nombreux qu’on le croyait. Quatre autres individus auraient eu accès à des listes de renseignements sensibles, dont un ancien courtier hypothécaire au lourd casier criminel.

• À lire aussi: Desjardins : un courtier aurait transmis des informations «fausses ou erronées» aux enquêteurs

Un enquêteur de l’Autorité des marchés financiers (AMF) a fait ces révélations mercredi devant le Tribunal administratif des marchés financiers, dans le cadre des procédures pour retirer le droit d’exercice de François Baillargeon-Bouchard. Ce courtier en assurances de Québec aurait payé 40 000 $ pour des données provenant de la fuite chez Desjardins.

Baillargeon-Bouchard aurait notamment confié des listes de clients issues du vol de données à Mathieu Charbonneau. Cet ancien courtier hypothécaire traîne un lourd passé criminel : depuis 2014, plusieurs juges l’ont reconnu coupable de menaces, de voies de fait armées, de vol, de fraude et conduite avec les facultés affaiblies, notamment.

Deux autres représentants en assurances de Québec accrédités par l’AMF, Marc Normandeau et Nicolas Fecteau-Tincau, auraient aussi eu accès à des listes dérobées, a révélé l’avocat de l’AMF Sébastien Bordeleau.

Complice central anonyme

Le nom d’un quatrième complice, au centre de l’opération, est frappé d’un interdit de publication. Me Bordeleau l’a désigné par les initiales de « SS » durant son témoignage, qui a duré toute la journée.

« Nous avons rencontré SS [en novembre 2019], car nous nous avions indiqué que cet individu avait travaillé sur les listes acquises par François Baillargeon-Bouchard », a avancé l’avocat.

Selon lui, SS aurait fait 95 % du travail pour rencontrer de nouveaux clients sur la base des listes de données volées. « Les autres personnes sont Marc Normandeau et Nicolas Fecteau-Tincau », a-t-il ajouté, mentionnant aussi Baillargeon-Bouchard.

  • Écoutez le journaliste Félix Séguin sur QUB radio:

D’autres personnes auraient aussi obtenu ces listes. L’enquête de l’AMF est toujours en cours.

Notre Bureau d’enquête a pu joindre Normandeau à son bureau. Il a refusé de répondre à nos questions. «Je suis en train de faire quelque chose, dit-il. Je n’aurai pas de commentaires à faire là-dessus.»

Il n’a pas été possible de joindre les autres individus. Mercredi, M. Bordeleau a dû répondre aux questions de la défense sur son enquête et les interrogatoires qu’il a menés avec la Chambre de la sécurité financière. L’AMF poursuit également Baillargeon-Bouchard pour avoir transmis des informations «fausses ou erronées» aux enquêteurs.