/finance/business
Navigation

La pandémie, une occasion pour repenser notre économie

La PDG de Prana s’allie à Femmessor pour mousser l’entrepreneuriat féminin

GEN - MARIE-JOSÉE RICHER PDG DE PRANA
Photo Martin Alarie Marie-Josée Richer, présidente et directrice générale de Prana, est l’une des ambassadrices de la campagne de Femmessor pour recruter 100 femmes qui ont un impact positif sur la société. Son entreprise vend des aliments biologiques.

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Josée Richer s’est lancée en affaires avec la conviction qu’elle pouvait être un moteur de changement. Elle a plutôt bien réussi avec Prana, fabricant de collations santé biologiques, qui est devenu un chef de file dans l’industrie de la transformation alimentaire et dont les produits sont vendus dans six pays.

• À lire aussi: Changer le monde, cent entrepreneures à la fois

« Avec mon mari [Alon Farber], on s’est demandé comment utiliser le temps qu’on avait pour contribuer à un monde meilleur. On s’est dit qu’on pouvait atteindre le cœur des gens en leur offrant des produits santé, qui seraient aussi bons pour la santé financière de nos fournisseurs et la santé globale de la planète », explique la femme d’affaires et dragonne de l’émission Dans l’œil du dragon. 

Un autre élément qui distingue Prana, c’est l’accent mis sur la gestion participative des employés.

C’est donc d’emblée que Marie-Josée Richer a accepté d’être une des ambassadrices de la campagne annuelle 100 entrepreneures qui changent le monde que vient de lancer Femmessor. 

L’organisme, qui offre du financement et de l’accompagnement aux femmes en affaires, vise à mettre de l’avant des dirigeantes dont l’entreprise répond à au moins un des 17 objectifs de développement durable fixés par l’ONU (voir autre texte).

Sortir de l’ombre

« On veut tourner les projecteurs sur des femmes qui ont une influence positive sur la société », explique Sévrine Labelle, PDG de Femmessor. 

« En cette période de crise sanitaire, on s’est dit que le moment était propice pour réfléchir à l’économie que l’on veut. Or, des femmes s’activent tous les jours à créer et gérer des entreprises résilientes à fort impact qui s’inscrivent dans la relance économique. Malheureusement, elles ont souvent tendance à minimiser leur potentiel et leur apport », ajoute-t-elle.

Ce sentiment, Marie-Josée Richer l’a déjà ressenti, notamment quand on lui a proposé d’être dragonne en 2019. 

« Je me suis dit, pourquoi moi ? J’ai juste mis des noix dans un sac ! J’ai finalement accepté en me disant que si j’emboîte le pas, cela pourrait influencer d’autres femmes à sortir de l’ombre plutôt qu’à se faire petites. » 

Elle invite donc les entrepreneures à poser leur candidature dans le cadre de la campagne de Femmessor et à profiter du rayonnement offert. 

« Les femmes sont de véritables catalyseurs. C’est ensemble que l’on peut changer les paradigmes. En plus, j’aime toujours découvrir des femmes inspirantes », dit-elle.

Son parcours

Marie-Josée Richer, 39 ans

  • Avec son mari, Alon Farber, elle fonde Prana en 2005
  • L’entreprise de transformation alimentaire vend des collations santé et des aliments biologiques
  • Ses principaux marchés : Canada, États-Unis
  • Nombre d’employés : 100
  • Localisation : Montréal (arrondissement Saint-Laurent)