/sports/opinion/columnists
Navigation

On interdit à Lafleur de porter son chandail

Henri Richard
Photo d’archives Guy Lafleur (à droite) portant fièrement le chandail du Canadien en compagnie du regretté Henri Richard en 1999.

Coup d'oeil sur cet article

Guy Lafleur dans son chandail du Canadien. Le numéro 10. Cinq coupes Stanley. Trois championnats des compteurs. Cinq saisons avec 125 points et plus. Le trophée Conn Smythe. Les premières équipes d’étoiles. 

Le numéro 10 à l’aile droite, sauvant le Canadien de l’élimination contre les Bruins, le numéro 10 marquant son 60e but de la saison. Le numéro 10 du Canadien faisant pleuvoir des millions dans les coffres de l’Organisation pour moins de 100 000 $ par saison. 

Guy Lafleur, quadruple pontage l’hiver dernier et ablation d’un lobe du poumon à cause d’un cancer, au CHUM...

Guy Lafleur qui va avoir droit comme Maurice Richard à un film racontant sa vie, produit par Christian Larouche, enfin un producteur qui l’aime et le respecte...

Guy Lafleur, la légende, l’idole, l’amour d’un peuple.

Ben, Guy Lafleur qui a accepté généreusement d’être l’ambassadeur pour la Fondation du CHUM et ainsi aider à ramasser 5 M$ pour la recherche et les soins de ce grand centre hospitalier montréalais de classe mondiale n’aura pas le droit de porter son chandail du CH pour la publicité et la présentation de la collecte de fonds de la fondation.

Parce que le Canadien de Montréal le lui interdit !!!!!!!!

Tournage à Saint-Jérôme

Je ne veux pas nuire au CHUM. Je ne veux pas nuire à Guy Lafleur. Je ne veux pas nuire à Marc Tremblay, président du conseil d’administration de la Fondation du CHUM. Je ne veux pas nuire à Mme Julie Chaurette, présidente et directrice générale de la fondation. Je souhaite que la fondation ramasse les 5 M$ pour aller plus loin dans la recherche et les services offerts par ses 13 000 médecins, infirmières et employés.

Je souhaite que l’agence de pub et de communication Sid Lee, une firme renommée et d’avant-garde, ait pu tourner des « commerciaux » extraordinaires à l’aréna Rivière-du-Nord à Saint-Jérôme. Je sais qu’on a tourné avec Lafleur en civil et avec un chandail des Remparts de Québec, son club junior. C’était facile : les Remparts appartiennent à Québecor. On y aime Guy Lafleur. Peut-être même avait-on apporté le 10 du Canadien... au cas où. Je n’ai pu obtenir la confirmation. Les réalisateurs de pub sont bien discrets.

Interdiction absolue

Le 3 septembre, Mme Chaurette a fait parvenir un courriel à Mme Geneviève Paquette, vice-présidente de l’engagement communautaire (!) et de la fondation du Canadien. Elle y expliquait comment on avait tourné les publicités pour le CHUM. Le chandail du CH était montré sur différentes surfaces et jamais directement à l’écran. 

« Nous avons fait attention de prendre des extraits sans le logo du Canadien », explique-t-elle en envoyant un lien de visionnement. 

Plus discrète et correcte que ça, tu meurs de faim. 

La réponse est arrivée le lendemain. 

« Désolée pour le délai, mais je devais valider à nouveau certaines choses avant de te revenir avec une réponse définitive », écrit Mme Paquette.

Ça veut donc dire que la demande du CHUM s’est retrouvée sur les pupitres de Paul Wilson, de France Margaret Bélanger ou de Geoff Molson. Quelqu’un ou toute la grosse gomme a décidé d’interdire à Guy Lafleur de porter son chandail du Canadien.

Calvaisse ! Guy Lafleur ! Pas le droit de porter son chandail ! Pour aider le CHUM ! Mais faut-il être complètement disjoncté !

Pour une campagne de financement du CHUM. Pas pour vendre de la bière ou du gin ! Pour aider le peuple à se faire soigner. 

Ne pas nuire

Je ne veux pas nuire. Je ne veux pas que le CHUM rencontre des difficultés avec les entreprises associées au Canadien. Je ne veux pas que Guy Lafleur, qui renégocie son entente d’ambassadeur avec le CH, soit pénalisé. Lui les aime.

Je suis juste abasourdi.

« Nous devons faire une séparation entre la marque des Canadiens et l’implication personnelle d’un joueur ou ancien auprès d’une cause, d’un organisme ou d’une fondation », écrit Mme Paquette. 

Elle poursuit : « Bien que nous comprenons [sic] et saluons [sic] les efforts de rayonnement et de collecte de fonds mis en œuvre par la Fondation du CHUM via cette campagne imaginée par Sid Lee, la politique de notre entreprise demeure et en aucun temps la marque des Canadiens ne peut être utilisée par le CHUM et sa fondation, ses agences ou porte-parole pour toute forme de publicité ou de promotion ».

En français, ça veut dire qu’on se contrekalisse de Guy Lafleur, du CHUM et des malades. 

Trop gentil

Mais attendez, Oncle Geoff et tante France sont magnanimes. Lafleur n’est quand même pas un esclave enchaîné.

« Toutefois, il est possible de faire mention du nom de Guy Lafleur, ambassadeur des Canadiens de Montréal ou ancien joueur des Canadiens de Montréal, et d’utiliser des images de Guy Lafleur en civil », écrit-on.

Je ne sacrerai pas. Pas de ca... ni d’hos... ni de ta... Mais le CH permet à Guy Lafleur de porter son nom et de poser en complet !!!

Donc, je ne sacrerai pas, je ne veux pas nuire au CHUM, ni à Lafleur ni à Mme Chaurette. Je n’écrirai même pas ce que j’en pense.

Parce que je ne veux pas nuire... etc., etc., etc.

Un homme tellement généreux

Mme Chaurette était une femme attentive quand je lui ai posé une série de questions. Mais elle tenait à raconter à quel point Lafleur avait été généreux.

« Il a tellement été un gentleman quand on l’a approché. On a eu la chance de mieux le connaître pendant sa convalescence et il cherchait comment aider le CHUM qui a pris soin de lui dans de difficiles épreuves. Il sera un ambassadeur extraordinaire pour la Fondation du CHUM. Il est disponible et généreux, c’est un homme très attachant », confie Mme Chaurette.

Et pour les autres questions, elle a invoqué le cinquième amendement. 

Mais les gens de l’aréna Rivière-du-Nord sont bien fiers. Et chez Sid Lee aussi...

« Le but du Canadien compté par le numéro 10... Guy Lafleur ! »

Coudon, ça se peut-tu que l’annonceur Michel Lacroix ait vendu son âme lui aussi ? 

Y a-tu le droit d’annoncer un but de Guy Lafleur ?