/world/europe
Navigation

Royaume-Uni: quelque 17 000$ d'amende en cas de non-respect de la quarantaine

Coup d'oeil sur cet article

LONDRES | Les Britanniques qui ne respecteront pas un autoconfinement en cas de contamination au coronavirus se verront infliger une amende pouvant aller jusque 10 000 livres sterling (environ 17 056$), a annoncé samedi le gouvernement lors de la présentation des nouvelles règles visant à réduire le nombre de cas positifs. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

Le premier ministre Boris Johnson, qui avait déclaré, cette semaine, que le Royaume-Uni faisait face à la seconde vague de COVID-19, a présenté de nouvelles restrictions appliquées aux habitants des régions du nord, du nord-ouest et du centre de l’Angleterre, principalement touchées.

Parmi ces mesures, le gouvernement britannique introduit une obligation légale d’autoconfinement, à compter du 28 septembre, pour les personnes déclarées positives ou à qui le National Health Service (NHS) demande de le faire.

«La meilleure manière de combattre le virus est que chacun suive les règles et que les personnes risquant de transmettre la maladie s’isolent», a déclaré le premier ministre dans un communiqué.

«Personne ne doit sous-estimer l’importance de ces mesures, ces nouvelles règles signifient que vous avez l’obligation légale de les appliquer, dès lors que vous êtes contaminés ou que le NHS vous le demande», a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni demande aux personnes déclarées positives de s’isoler 10 jours, alors que ceux qui vivent avec une personne déclarée positive ou présentant des symptômes doivent s’autoconfiner 14 jours.

En cas de non-respect des règles, les amendes iront de 1000 GBP (environ 1705$) à 10 000 GBP en cas de violation répétée ou les pires manquements.

Afin d’inciter au respect de ces règles, les personnes aux revenus limités pourront recevoir une aide forfaitaire de 500 GBP (environ 853$), s’ils n’ont pas la possibilité de télétravailler durant leur quarantaine.

Le Royaume-Uni a été le pays européen le plus durement touché par la pandémie en cours, avec près de 42 000 décès comptabilisés, et fait face à une remontée rapide du nombre de nouveaux cas depuis la rentrée.

«Nous voyons une reprise en France, en Espagne, à travers l’Europe. Il est absolument inévitable, je le crains, que nous finissions par le voir dans ce pays», a insisté M. Johnson.

Si de nouvelles restrictions ont été instaurées cette semaine, le premier ministre britannique a exprimé sa réticence à imposer un nouveau confinement total du pays, alors que plusieurs députés conservateurs se montrent critiques à l’encontre des mesures déjà prises.

Dans la journée, des manifestants antivaccin et anticonfinement ont affronté la police sur Trafalgar Square, au cœur de Londres. 32 personnes ont été interpellées.