/sports/soccer/impact
Navigation

Henry en a assez

FBL-CONCACAF-SAPRISSA-MONTREAL
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Thierry Henry n’est pas du genre à mettre ses joueurs sur la sellette, mais on sent qu’il commence à en avoir assez des cartons rouges comme ceux qu’ont reçus Rudy Camacho à Vancouver et Romell Quioto dimanche soir.

• À lire aussi: Impact: de héros à zéro

« Après le match de Vancouver, on en a parlé pour que ça ne se répète pas », a-t-il expliqué après la rencontre.

« On ne peut pas coacher une réaction. Romell n’a pas su se contrôler et je ne sais pas pourquoi après avoir revu l’action. Je ne comprends pas la réaction. »

Le carton de Quioto, reçu alors que le second quart d’heure de jeu s’amorçait, a coupé les jambes. 

« J’aurais voulu voir le onze contre onze, mais encore une fois on s’est privé de ça et on paye. » 

Circonstances

Le capitaine de l’équipe, Jukka Raitala, ne s’est pas défilé et a essentiellement condamné le geste de Quioto.

« Quand tu reçois un rouge si tôt dans le match, ça devient difficile, et c’est le genre de carton qui est inacceptable. Il faut qu’on cesse ce genre de comportement parce que ça brime l’équipe. »

  • Écoutez la chronique sportive de Jean-François Baril, animateur de l’émission Avantage Numérique, à QUB Radio:

Il faut dire que les circonstances n’étaient pas en faveur de l’Impact puisque ce carton tombait mal.

« C’est notre quatrième match en dix jours, dont les deux derniers à dix, alors ça devient difficile. Le calendrier est serré, et si tu te retrouves à dix tous les matchs, ça ne va pas être évident. »

Une première

Au moins, tout n’est pas perdu parce qu’on a assisté aux premiers pas de Karifa Yao dans la MLS quand il a remplacé Joel Waterman en seconde demie.

« J’ai fait rentrer Karifa parce que je voulais voir quelque chose en amont du match contre la Nouvelle-Angleterre. J’ai aimé ce que j’ai vu, il va falloir que je parle avec mon staff. »

Ce n’était pas une surprise pour le jeune défenseur de 19 ans qui avait reçu des signes de la part de son entraîneur qui lui avait dit dans les derniers jours que son tour viendrait.

« Après le rouge à Camacho, le coach m’a dit de me préparer. Quand je suis rentré sur le terrain, Thierry m’a dit de m’amuser.

« J’étais super nerveux, mais ça faisait quelque temps que je m’entraînais bien et je m’attendais à une éventuelle rentrée. »