/sports/golf
Navigation

Omnium des États-Unis: Winged Foot a conservé son «charme»

GLF-MAJ-SPO-USP-U.S.-OPEN---PREVIEW-DAY-3
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Dans les six présentations de l’Omnium américain à Winged Foot, trois golfeurs ont brisé la normale cumulative : Fuzzy Zoeller et Greg Norman en 1984 et, cette fois, Bryson DeChambeau.

• À lire aussi: Omnium des États-Unis: Hercule déjoue le diable

• À lire aussi: Omnium des États-Unis: Xander Schauffele attendra encore

• À lire aussi: Taylor Pendrith: un top 25 et un gros chèque

Avec stupéfaction jeudi soir, on observait 21 golfeurs sous la normale après la première ronde. Un portrait qui a vite changé alors que les officiels Américains ont présenté le parcours sous son vrai jour, fidèle à sa légende datant de 1923. 

Le degré de difficulté a grimpé drastiquement. Durant le week-end, les conditions climatiques et les configurations du parcours ont ennuyé les meilleurs au monde. Dimanche, la moyenne de score s’est établie à 74,9 coups, venant derrière la très difficile deuxième ronde (75,25). 

En une réponse bien placée lorsqu’on l’a interrogé sur l’aspect le plus difficile du parcours, l’Australien Jason Day a résumé un sentiment généralisé. « La marche vers le premier tertre. » 

On peut donc dire que Winged Foot a conservé son cachet et son « charme » en livrant le véritable test du U.S. Open.