/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Relâchement inquiétant auprès d’aînés

Plusieurs résidents âgés et employés craignent que le coronavirus s’immisce de nouveau dans leur résidence

COVID-19 Résidence Anjou
Capture d'écran vidéo Une préposée porte son masque sous la bouche pendant qu’elle joue avec des résidents dans la salle de loisirs.

Coup d'oeil sur cet article

Masques sous le menton ou sous le nez, distanciation non respectée entre les résidents : le relâchement des employés d’une RPA fait craindre le pire, alors que le gouvernement s’inquiète d’une flambée des cas dans les résidences.

« On voit qu’il y a un relâchement et la direction ne fait rien, ne dit rien, même si clairement ça peut mettre la vie de certaines de ces personnes en danger. On dirait qu’ils s’en foutent ! » s’indigne un employé de la résidence privée pour aînés, la Résidence Anjou, qui a demandé à taire son nom par peur de représailles.

Grâce à plusieurs vidéos enregistrées dans les zones communes de l’établissement, visionnées par Le Journal, il a été possible de constater que plusieurs employés ne respectent pas toujours les mesures sanitaires mises en place pour éviter une propagation du coronavirus.

Les masques de protection sont souvent portés sous le menton ou sous le nez par plusieurs d’entre eux autant dans les couloirs, dans les salles de repas et de loisirs ou même dans les chambres privées.

Une préposée traverse la résidence en portant son masque sous le menton.
Capture écran
Une préposée traverse la résidence en portant son masque sous le menton.

La distanciation de deux mètres n’est souvent pas respectée entre les résidents ou entre les employés.

Il a également été possible de constater que même en préparant la nourriture des résidents, des employés ne portent pas toujours correctement leur masque.

Inquiétant

Pour Christian Jacob, président de l'Association des microbiologistes du Québec, il est très préoccupant de voir ce genre de situation.

« Actuellement, c’est le milieu de vie le plus important où il ne faut absolument pas se relâcher, car si le feu prend, ça va s’enflammer », illustre-t-il.

Et pour les résidents aussi, la situation devient inquiétante.

« Constamment, on voit du personnel qui ne porte pas bien le masque alors qu’ils sont proches de nous. Ça arrive très fréquemment et ça me fait quand même un peu peur », raconte une résidente de la Résidence Anjou, qui a aussi demandé à garder l’anonymat.

La Résidence Anjou, une résidence privée pour aînés, se situe dans l’est de Montréal, dans l’arrondissement d’Anjou.
Photo Pierre-Paul Poulin
La Résidence Anjou, une résidence privée pour aînés, se situe dans l’est de Montréal, dans l’arrondissement d’Anjou.

Relâchement quotidien

Comme elle, un autre résident s’inquiète de voir un relâchement dans cet établissement qui a eu quatre cas de coronavirus au début de la pandémie. 

Mais avec la recrudescence des cas dans les dernières semaines, dont certains dans des CHSLD ou des RPA, le virus pourrait y revenir.

« Ça ne m’étonnerait pas qu’il arrive quelque chose à un moment donné ici, qu’on soit reconfiné, parce que plein de [mesures] ne sont pas bien respectées », déplore-t-il.

Pourtant, le ministère de la Santé et des Services sociaux indique clairement que le port du masque de procédure est obligatoire pour les employés en tout temps dans ce genre d’établissement, « incluant dans les salles de pause, le vestiaire et les salles à manger ». 

Depuis le 15 septembre, les résidents doivent aussi le porter en tout temps en dehors de leur chambre.

« On fait tout notre possible »

Appelé à réagir, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Est-de-l’Île-de-Montréal indique par courriel qu’un suivi sera fait rapidement auprès de la Résidence Anjou pour s’assurer que les mesures sont bien appliquées.

De son côté, la directrice de l’établissement, Florentina Grigorescu, assure que tous les employés portent leur masque.

« On a eu quatre cas dans toute la pandémie, donc si on ne respectait pas les règles, on en aurait beaucoup plus. On fait tout notre possible, on a tout le matériel dont on a besoin et le CLSC nous aide et vient nous voir », ajoute-t-elle.

Pas de masque en cuisinant  

COVID-19 Résidence Anjou
Capture écran

Le 4 septembre dernier, une des employées qui s’affairaient à faire les repas des résidents de l’établissement préparerait des salades sans porter son masque.

Pour Amir Khadir, microbiologiste-infectiologue, « il peut y avoir un problème si quelqu’un l’appelle pendant qu’elle fait ça et qu’en répondant, elle émette des gouttelettes qui peuvent tomber dans la salade ». 

Sans masque avec les résidents qui soupent  

COVID-19 Résidence Anjou
Capture d'écran

Le 2 septembre, alors que des résidents sont en train de souper, on peut voir une préposée portant son masque sous le menton et assise avec eux à table. En discutant avec les résidents, la préposée risque d’envoyer des gouttelettes dans les assiettes des résidents et ainsi les contaminer.

Le masque sous le menton chez un résident  

COVID-19 Résidence Anjou
Capture écran

Le 30 juin, deux employées de la Résidence Anjou portent leur masque en dessous du menton pendant qu’elles sont dans le logement privé d’un résident.

« La majorité des gens respirent par le nez. Bien sûr, le risque de projeter des gouttelettes est moins élevé que par la bouche, mais [un masque porté sous le nez] enlève une partie de la protection », rappelle Gaston De Serres, médecin-épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec.

Dans un ascenseur avec le masque sous le menton et une résidente  

COVID-19 Résidence Anjou
Capture écran

Le 25 août, un préposé porte son masque sous la bouche et entre dans un ascenseur avec une résidente qui ne porte pas de masque.
« On ne peut pas trop respecter la distance dans un ascenseur alors c’est vraiment important de mettre les autres barrières comme le masque pour éviter de propager le virus », indique le Dr Khadir.

Personne pour surveiller l’entrée  

COVID-19 Résidence Anjou
Capture écran

Le 8 septembre, pendant de longues minutes, l’employé responsable de l’accueil de la résidence n’est pas à son poste. Résidents et visiteurs peuvent entrer sans se laver les mains et écrire leur nom sur le registre de présence. Il a été possible de constater sur plusieurs autres vidéos que cette situation n’est pas exceptionnelle. 

« On a déjà pu voir un livreur entrer sans que personne soit là pour lui demander de se laver les mains ou demander ses coordonnées. Il a attendu, mais comme personne ne venait, il est entré et s’est promené pour amener le colis », raconte un employé de la résidence qui a demandé l’anonymat.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.