/world/pacificasia
Navigation

Chine: une vidéo de l’armée utilise des extraits... de films américains

Coup d'oeil sur cet article

Pékin | Une vidéo promotionnelle de l’armée de l’air chinoise suscitait lundi l’étonnement des internautes après l’intégration d’extraits de films d’action américains comme Transformers ou Rock. 

Déjà vu par près de 4,8 millions de personnes sur le réseau social Weibo, le clip à la production soignée présente une opération de son bombardier stratégique H6, capable d’emporter des bombes conventionnelles ou nucléaires.

Image à haute définition, plans à haute altitude: la vidéo montre des pilotes chinois attaquer des bases militaires situées sur des îles. Ces dernières ressemblent à celles des États-Unis à Diego Garcia (océan Indien) et à Guam (océan Pacifique).

Mais les internautes ont également décelé d’autres détails étonnants dans ce clip d’un peu plus de deux minutes, mis en ligne cette fin de semaine.

Des plans d’explosions au milieu de la vidéo ont ainsi été empruntés à trois films hollywoodiens: Transformers 2: La Revanche (2009), Rock (1996, avec Sean Connery) et Démineurs (Oscar du meilleur film en 2010).  

«On fait la promotion d’un avion militaire fabriqué en Chine avec des extraits de blockbusters faits aux États-Unis», déplore, consterné, un utilisateur chinois de Weibo.

«C’est une vidéo promotionnelle chinoise. Pourquoi on n’utilise pas nos propres images?», s’interroge un autre, au diapason du ton général des commentaires.

Les relations entre la Chine et les États-Unis sont au plus bas ces derniers mois en raison de plusieurs points de friction: commerce, Hong Kong, Ouïghours musulmans, Huawei, ou encore l’application de vidéos TikTok.

Les tensions militaires sont également vives avec le passage régulier de navires de guerre américains en mer de Chine méridionale pour y contester les revendications chinoises. 

De son côté, la Chine a organisé la semaine dernière des exercices militaires près de Taïwan, en réponse à la visite d’un haut responsable américain sur cette île revendiquée par Pékin, mais administrée par un régime rival depuis plus de 70 ans.