/opinion/columnists
Navigation

L’angle mort des antimasques

manifestation anti-masque
Photo Roxane Trudel

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelque chose que les conspirationnistes doivent m’expliquer.

Un truc que je ne comprends pas dans leur rhétorique.

UN BEAU GRAND BATEAU

Selon eux, nos élus exagèrent volontairement la dangerosité du virus.  

Ils mettent les cas bénins et les cas graves dans le même panier pour que la pandémie ait l’air plus épeurante qu’elle ne l’est en réalité. 

Ils inscrivent le nom d’individus qui avaient la COVID lorsqu’ils ont été foudroyés par une crise cardiaque ou un AVC dans la liste des victimes de la pandémie pour gonfler artificiellement les chiffres et noircir le bilan.

Ils mentent. Ils mènent la population en bateau. 

Ils tripatouillent les statistiques pour leur faire dire n’importe quoi. 

Ils disent que le masque est efficace alors qu’ils savent qu’il ne l’est pas.

OK, mettons que vous avez raison, juste pour les fins de la discussion. 

Mettons que c’est vrai qu’on se fait berner et mentir en pleine face.

Mettons que vous êtes hyper brillants et que vous avez découvert, grâce à des méthodes d’investigation inédites dignes d’un prix Pulitzer, le pot aux roses. 

Il y a une chose que je ne comprends pas...

Pourquoi nos gouvernements feraient ça ?

Quel est leur intérêt d’encabaner tout le monde et de fermer des commerces et des entreprises ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

J’imagine mal François Legault ou Justin Trudeau dire à leurs ministres lors d’une réunion ultra secrète : « Demain, on déclare l’état d’urgence et on fout des dizaines de milliers de personnes sur le chômage ! On crée l’une des pires crises économiques de l’histoire moderne ! Ahahahahahahah !!!! »

Euh... Pourquoi nos élus feraient ça, au juste ? En quoi ça les aiderait à se faire réélire ? 

En d’autres mots : c’est quoi, leur plan ?

UN PORTRAIT COMPLAISANT

Samedi, Le Devoir a publié un texte d’une rare complaisance sur Alexis Cossette-Trudel, le chef des « antimasques » – un illuminé qui m’a déjà confié en entrevue détenir des informations prouvant hors de tout doute que Hilary Clinton et son mari participaient à des cérémonies sataniques au cours desquelles des enfants étaient violés et sacrifiés. 

Le journaliste Marco Bélair-Cirino a interviewé Cossette-Trudel comme si c’était un militant comme un autre.

Extravagant, certes (il croit que Lady Gaga mange des cadavres), mais fréquentable. 

Alors que le gars est un dangereux crack-pot qui entraîne des milliers de personnes dans son délire. 

Après La Presse, qui a publié un portrait sympathique de Xavier Camus, un intimidateur qui passe son temps à traiter de fascistes tous ceux qui ne pensent pas comme lui, voici que Le Devoir donne le micro à un complotiste paranoïaque.

Et après, on se demande pourquoi les gens croient de moins en moins les médias traditionnels...

Duh !

Bref, dans ce portrait surréaliste indigne du journal qui a déjà été dirigé par Gérard Filion, Claude Ryan et Lise Bissonnette, Cossette-Trudel affirme qu’il ne croit pas aux théories voulant que les élus aient créé de toutes pièces une fausse pandémie pour nous implanter des puces électroniques.

Je suis convaincu à 100 % qu’il croit à cette théorie débile, mais disons qu’il n’y souscrit pas...

Pourquoi nos gouvernements feraient ça, alors ?

Les apôtres de Cossette-Trudel ne nous le disent pas.

Me semble que c’est quand même un détail essentiel, non ?